Google a la difference de Microsoft doit fournir les emails stockes a l etranger

Google a la difference de Microsoft doit fournir des emails meme stockes hors Usa des lors que le choix du lieu de stockage depend d un process automatique de gestion de la charge des serveurs.

La décision de la juge Beeler a de quoi inquiéter. A Google qui demandait d’annuler un mandat du gouvernement américain visant des emails stockés en dehors des Etats-Unis, la magistrate a rejoint l’opinion de son confrère de premier instance, opposant un refus net à l’entreprise de Mountain View.

Ladite réquisition, émise à l’été 2016, vise dans une enquête criminelle à récupérer les données de plusieurs comptes Gmail. Si Google s’est exécuté pour quelques-uns, il refusait de livrer aux autorités américaines les informations de comptes stockées hors des Etats-Unis, s’appuyant en première instance sur une toute récente jurisprudence Microsoft, l’éditeur ayant eu gain de cause dans une affaire similaire.

La portée du mandat dépend du stockage

Pas d’extraterritorialité des mandats, considérait Google. Sauf que la justice en a décidé autrement. La juge Beeler estime en effet que le géant du Web est en mesure de rapatrier les données sur le sol américain et doit donc se plier à la demande des autorités. Si pour Microsoft, le lieu de stockage des données dépend de la localisation de l’utilisateur, c’est l’algorithme qui en décide chez Google en fonction des besoins réseaux.

« Le processus de distribution de l’information est automatique, par l’entremise d’un algorithme et fondé sur l’efficacité du réseau » écrit la juge. Par conséquent, le stockage n’est pas segmenté géographique : le mandat s’y applique donc, même si le datacentre dans lequel se trouvent les données n’est pas situé aux Etats-Unis.

 

SOURCE : www.linformaticien.com/

 

Le cloud et les experts comptables

CSO Le secteur Innovation au service des cabinets

source : SIC MARS 2014

S appuyant sur deux commissions, technologique et manageriale, le secteur s efforcera
d apporter aux membres de l Ordre l innovation indispensable pour preparer l avenir des cabinets,
en rapprochant les outils et les pratiques.

Au sein de la CIT, plusieurs groupes de travail sont constitues pour reflechir aux pratiques de la signature electronique, du controle fiscal des comptabilites informatisees et d autres questions d actualités.

Le Comite cloud Preside par Michel Bohdanowicz

Les experts-comptables sont sollicités et séduits par les offres permettant d’héberger les solutions et les données de leur cabinet grâce au Cloud computing.

Le cloud permet aux experts-comptables d’améliorer la productivité de leur cabinet en multipliant les accès instantanés et collaboratifs aux données du cabinet sur tous les supports, pour les collaborateurs comme pour les clients. Il permet également d’archiver les données.

Or, la nature des données traitées par un cabinet d’expertise comptable est d’une grande sensibilité. La perte ou le vol des données de ses clients engage sa responsabilité.

La CIT a donc constitué un groupe de travail pour rédiger une charte qui amènera les fournisseurs signataires à respecter une série d’engagements visant à donner des garanties aux cabinets en matière de réversibilité, d’interopérabilité, de confidentialité et de sécurité des données. Le groupe de travail proposera aussi à la profession un guide méthodologique pour optimiser l’usage du cloud dans les cabinets, signaler les points de vigilance et donner des recommandations. Echéance de publication de la charte et du guide : le 69e Congrès de l’ordre des experts- comptables à Lyon.

Pdf de l article du Sic de mars 2014 sur le secteur innovation

Cloud : et la protection des donnees ?

Protection des données : tous les Cloud ne se valent pas

Analyse : Si les fournisseurs de Cloud parlent volontiers de réduction de coûts et d’agilité, ils font en revanche souvent passer la protection des données au second plan. Aux métiers et directions générales de rester vigilantes et d’exiger des clauses contractuelles, leur rappelle un guide pratique cosigné par le Cigref.

Cloud privé, public, IaaS, SaaS… Ces différents modèles de services informatiques sont regroupés derrière une seule dénomination : Cloud Computing. Mais cette simplification au niveau de la terminologie ne doit pas faire oublier les différences de ces architectures, notamment au regard de la protection des données et des obligations réglementaires.

Rappeler ces différences, c’est un des objectifs du guide pratique conçu par le Cigref, l’AFAI (association française d’audit et de conseil informatiques) et l’IFACI (institut de l’audit interne) sur la protection des données dans le Cloud. Guide qui se destine aux directions générales et aux métiers, parfois tentés de s’affranchir de la DSI lors de leurs choix technologiques.

Pas de données stratégiques dans un Cloud public 

Au risque d’oublier de prendre en compte certains aspects d’un projet Cloud, comme donc celui de la protection des données, qu’elles soient sensibles (données personnelles), stratégiques ou d’une autre autre. Or, le guide pratique rappelle notamment, qu’en fonction de la typologie de données, tous les Cloud ne sont pas bons.

 

Transférer des données stratégiques et/ou personnelles vers un service Cloud externe et ouvert (SaaS et Cloud public) est ainsi considéré par le guide comme un usage inadapté, préconisant à la place de s’en tenir à une infrastructure interne et privée.

Car pour les auteurs de ce guide pratique, ces systèmes externes sont  bien souvent répartis « dans des datacenters implantés dans différents pays, rendant peu prédictibles la localisation des données de l’utilisateur, ce qui peut être rédhibitoire pour la gestion de données dont la géolocalisation est primordiale (par exemple les données à caractères personnel d’une entreprise). »

Avant de souscrire une offre, métiers et directions générales ne peuvent faire l’impasse sur au moins 6 questions majeures, dont la nature des données et traitements susceptibles de migrer vers le Cloud, les risques à maîtriser (perte de maîtrise des traitements, dépendance technologique, indisponibilité…) ou encore les conséquences sur la politique de sécurité interne.

 

Négocier des clauses… dans des contrats souvent déséquilibrés

L’objectif de ce travail en amont est par exemple d’évaluer précisément la capacité du prestataire à « apporter des garanties suffisantes notamment sur les mesures de sécurité et de confidentialité appropriés. »

Mais réfléchir en amont son projet Cloud n’est pas une garantie suffisante. L’entreprise doit également intégrer la protection des données dans le contrat conclu avec le fournisseur. « Il est primordial d’intégrer dans les clauses contractuelles des obligations fortes en matière de disponibilité, d’intégrité, de confidentialité, d’audit et de conformité exigées par l’entreprise, ses clients et les régulateurs » stipule le guide coproduit par le Cigref.

Bon courage. Car insérer de telles clauses n’est pas toujours une option envisageable et les conditions contractuelles (à prendre ou à laisser) de ces prestations s’avèrent encore souvent rigides et peu protectrices, comme en a déjà fait état Gartner, notamment au sujet du IaaS.

« Le point d’équilibre des négociations entre les clients et les prestataires ne s’est pas encore complètement déplacé au milieu de l’écran et les contrats sont encore très standards, très peu négociés et très déséquilibrés » relevait d’ailleurs l’avocat Thierry Dor à l’occasion d’une conférence de l’EBG consacrée au Cloud.

Négocier avec les pieds si nécessaire

Dans les négociations de contrat, certains points s’avèrent pourtant urticants. « Il n’est par exemple pas possible de faire de tests d’intrusion sur un système SaaS. On ne peut pas systématiquement auditer. Et cela, c’est gênant lorsqu’on a des contraintes SOX » soulignait par exemple le DSI de Manpower, Didier, Roy, lors de cette même conférence (désormais DSI de Foncia).

Faute de marges de manoeuvre en matière de négociation, les entreprises devront se rapporter à leur analyse de risques pour trancher – menée en amont – et éventuellement écarter un prestataire, ce qui n’est pas toujours un choix aisé, en particulier quand un acteur écrase la concurrence sur un marché donné.

« Ce n’est pas parce qu’on est un petit client et qu’on a un petit ou moyen projet que l’on a pas le droit, sur des clauses importantes, de négocier son contrat. Et lorsqu’il n’est pas possible de négocier avec la main, on peut toujours le faire avec les pieds en allant voir ailleurs » défend néanmoins Thierry Dor.

 

source : www.zdnet.fr/

Un cloud Made in France

Un « nuage » fabrique en France 😉

Voila une bonne nouvelle et une initiative concrete car combien d entre nous savent ou sont stockees leurs donnees ?

Michel BOHDANOWICZ

Expert-comptable

www.compta.net
Cegid et IBM (NYSE : IBM) annoncent aujourd’hui la signature d’un contrat d’Infrastructure-as-a-Service (IaaS) permettant au premier éditeur français de logiciels de gestion d’opérer désormais ses solutions SaaS dans un cloud privé personnalisé d’IBM en France. Avec ce nouvel accord, Cegid et IBM se donnent les moyens d’accompagner de manière optimale le développement des entreprises françaises de toute taille, qu’elles soient issues du secteur privé, du secteur public, du monde associatif ou de l’éducation.

Avec un chiffre d’affaires SaaS de 20 M€, Cegid fait partie des acteurs SaaS européens les plus dynamiques. Face à la très forte croissance de cette activité (+ 22 % en 2011), Cegid, en créant le « nuage Cegid » conforte ses ambitions et se dote de nouvelles infrastructures pour accélérer son développement sur le marché du Cloud Computing.

Offrir aux utilisateurs un univers de services cloud performant, sécurisé et évolutif

En basculant son infrastructure physique vers une infrastructure virtuelle dans un cloud privé personnalisé développé et maintenu par IBM, Cegid peut désormais :

  • Concentrer sa valeur ajoutée sur l’exploitation applicative, au cœur de son métier d’éditeur et de la création de valeur pour ses clients ;
  • Garantir à ses clients une croissance sans limites physiques s’appuyant sur une infrastructure certifiée et localisée en France dans les nouveaux datacenters hautement sécurisés d’IBM situés à Clichy et gérés par des équipes locales ;
  • Disposer d’une d’infrastructure flexible et évolutive en phase avec son business model d’éditeur SaaS.

A travers cet accord, IBM conforte sa place d’acteur majeur du cloud computing en France. En construisant des clouds privés sécurisés et personnalisés, IBM accompagne ainsi les entreprises, et notamment des PME-PMI dans leur transformation.

 Vers de nouvelles offres cloud : l’international et les bouquets de services métiers

Au-delà de ces enjeux d’industrialisation, de flexibilité et de sécurité, le choix d’IBM permettra à Cegid de développer de nouvelles offres SaaS mais aussi d’étendre ses offres SaaS à l’international notamment à destination de ses clients du Retail.

« Ce partenariat avec IBM s’inscrit pleinement dans notre stratégie SaaS : construire des bouquets de services cloud innovants autour de Cegid et de ses partenaires éditeurs, fournisseurs de services, de contenus ou d’infrastructures, capables de répondre aux enjeux de performance et de sécurité des entreprises françaises, du secteur public, des associations et de l’éducation en leur permettant de s’affranchir de contraintes techniques et technologiques » souligne Jean-Michel Aulas, Président de Cegid.

« Nous sommes très fiers d’accompagner Cegid et ses clients dans leur développement et leur transformation » déclare Alain Bénichou, Président d’IBM France. « Ainsi, IBM qui a investi plus de 300 millions de dollars dès 2009 dans des datacenters en France, confirme qu’il est un acteur majeur du cloud computing dans l’hexagone. »

A propos de Cegid

http://www.cegid.com/cegidenbref

A propos du Cloud computing d’IBM

http://www-935.ibm.com/services/fr/gts/cloud/

Contacts presse

i&e CONSULTANTS – Service de Presse Cegid – 01 56 03 13 39 – cegid.presse@i-e.fr
Cegid : Isabelle EMERARD – 04 26 29 52 39 – i.emerard@cegid.fr

Icloud : la presentation

iCloud en quelques mots…

En plus il est gratuit !

Steve Jobs a présenté iCloud:

  • Le nuage devient un hub.
  • Les données sont automatiquement envoyées là-bas et ensuite synchronisées sur les autres appareils.
  • Intégration totale avec les applications.
  • Tout est automatique.
  • Enfin, le partage de calendrier si déficient avec MobileMe a été revu !
  • Les mails sont synchronisés entre tous les appareils comme… le fait l’IMAP.
  • Sauvegarde des iAppareils sur le Cloud une fois par jour.
  • Si l’on change de mobile, on rentre identifiant et mot de passe et tout est remis à distance dessus.
  • Les documents peuvent aussi être partagés via le Cloud.
  • Il y aura des API iCloud qui fonctionneront aussi sur Mac et PC.
  • Système à la Picasa de Google pour pousser ses images en ligne.
  • Géré directement dans iPhoto.
  • Sous Windows, pas d’application spécifique mais gère le dossier images.
  • Fonctionnera aussi sur l’Apple TV.
  • Limité aux 1000 photos les plus récentes et les efface au bout de 30 jours.
  • iTunes passe au Cloud. Il est enfin possible de retélécharger plusieurs fois les mêmes morceaux sans payer.
  • Téléchargement automatique des morceaux achetés sur le même compte sur une autre machine.
  • Attention, il y a une nouvelle limite à 10 appareils alors qu’auparavant il n’y avait pas de limite sur les appareils iOS !
  • TOUS CES SERVICES SONT GRATUITS.
  • La capacité de stockage est limitée à 5 Go mais cela ne comprend pas ce qui est acheté sur iTunes.

source : MacBidouille.fr

 

iCloud : le hub numérique à l’heure d’iOS
Si Steve Jobs avait laissé ses collaborateurs faire la présentation d’iOS et de Mac OS X, c’est lui-même qui s’est chargé d’expliquer le principe d’iCloud.


Le cofondateur d’Apple a tout d’abord expliqué deux choses : le principe du hub numérique présenté il y a maintenant une dizaine d’années et qui a longtemps été le fer de lance de la stratégie d’Apple est complètement dépassé. D’autre part, il a reconnu que MobileMe était loin d’être la meilleure réalisation d’Apple, mais « on a beaucoup appris » a déclaré Steve Jobs. Pour beaucoup, le nuage, c’est un gros disque dur sur Internet. Pour Apple, c’est bien plus que cela. Il s’agit de synchroniser toutes vos données, le tout de manière transparente. Le nuage étend la capacité de stockage de l’iPhone ou de l’iPad, et détruit la notion de système de fichiers : logique applicative de la gestion de documents

Parmi les applications repensées pour iCloud, il y a le calendrier, le carnet d’adresses et iBooks. Vous achetez un livre, celui-ci est automatiquement stocké dans le nuage et est transmis à tous vos appareils.

iCloud comprend également un système de sauvegarde. Le contenu d’un appareil iOS (préférences, photos, données des applications) sera sauvegardé quotidiennement sur iCloud à condition de disposer d’une connexion Wi-Fi.

Lorsque vous achetez un nouveau terminal, il suffira d’entrer votre identifiant et mot de passe Apple pour qu’il se paramètre automatiquement et que vous retrouviez votre environnement de travail.

Plusieurs services sont associés à iCloud. Apple offre notamment le stockage de documents automatiquement depuis l’application qui a servi à le réaliser. Par exemple depuis Pages la sauvegarde peut se faire directement dans le nuage. Il en va de même avec Numbers et Keynote.

Ensuite on peut à tout moment récupérer ces documents depuis son Mac ou son iPhone (où iWork est, fort à propos, arrivé il y a quelques jours). Au lancement, l’application demande si l’on veut utiliser iCloud et le cas échéant elle va télécharger en arrière-plan les documents présents en ligne. De là on pourra continuer à travailler ou le présenter même si l’on a oublié l’iPad que l’on pensait utiliser au départ.

Lorsqu’une modification est apportée à un document sur un appareil, elle est transmise au nuage et répercutée automatiquement sur les autres appareils. Au passage Steve Jobs y voit une manière pour certains utilisateurs de ne plus s’embarrasser avec des gestionnaires de fichiers puisque tout se fait automatiquement et de manière transparente. Mieux, les applications tierces auront un accès à iCloud via une interface de programmation offerte aux développeurs iOS, Mac OS X mais aussi Windows.

Autre service proposé : la possibilité de synchroniser les photos simplement sur toutes vos machines, y compris sur Apple TV à l’aide de Photo Stream. Le service conservera vos 1000 dernières photos pendant 30 jours, et toutes celles que vous voudrez conserver indéfiniment.

iTunes Match : en guise de one more thing
iTunes grimpe lui aussi dans le nuage d’iCloud. Tous les morceaux que vous avez achetés à Apple y sont à disposition, prêts à être téléchargés vers votre appareil iOS en cas de besoin. On peut récupérer un album complet ou des titres à l’unité. Aucun frais supplémentaire pour accéder ainsi à son historique d’achats sur plusieurs appareils iOS.

Concrètement, un nouvel onglet « Achats » figure dans iTunes avec la liste de ses morceaux et l’icône du petit nuage en regard. Deux listes sont présentées, celle lisant l’intégralité de sa bibliothèque et l’autre avec les morceaux absents de l’appareil. Un tap sur le nuage déclenche la récupération depuis le nuage. Mais le procédé peut être automatisé, lorsque vous achetez un morceau depuis votre iPhone par exemple il sera aussitôt synchronisé via le nuage et envoyé vers votre iPad, en Wi-Fi ou en 3G. Ce service est proposé gratuitement, avec une qualité des morceaux en 256 Kbps et 10 périphériques autorisés. iTunes Coud fonctionnera dès maintenant à partir d’iOS 4.3.3.

http://static.igeneration.fr/img/2011/4/stevejobswwdc2011liveblogkeynote1031-20110606-205229.jpg
Pour ce qui est de la musique que l’on n’a pas achetée sur iTunes ou que l’on a ripée depuis un CD, Apple propose iTunes Match. iTunes scanne ces morceaux et propose de donner accès à leur équivalent dans iCloud. Aucun transfert de fichiers vers le nuage n’est requis, sauf dans le cas où aucune correspondance n’est trouvée. Pour disposer d’un accès via iCloud de cette musique obtenue par d’autres voies, Apple demande 24,99$ par an des morceaux en qualité AAC 256 Kbps. Toujours pour ces morceaux non achetés sur iTunes, la limite est de 25 000 titres. À l’inverse, point de limite pour les morceaux achetés sur iTunes.

iCloud sera gratuit et dépourvu de publicité. Apple offrira 5 Go d’espace de stockage pour les mails, documents et sauvegardes. Musique, applications et libres ne sont pas comptés dans ce quota. On imagine qu’il faudra mettre la main à la poche pour avoir une plus grosse quantité de stockage.

iTunes Cloud est disponible dès aujourd’hui en bêta pour les développeurs. Son lancement officiel interviendra à l’automne.

 

source : macgeneration.com

Microsoft rachete Skype

Microsoft rachète Skype

Skype, fondé en 2003, compte actuellement quelque 170 millions d'utilisateurs connectés par mois, qui ont passé plus de 207 milliards de minutes de communications vocales et vidéo en 2010.

Skype, fondé en 2003, compte actuellement quelque 170 millions d’utilisateurs connectés par mois, qui ont passé plus de 207 milliards de minutes de communications vocales et vidéo en 2010. AFP/MARIO TAMA

Le géant de l’informatique Microsoft a confirmé, ce mardi, avoir racheté le service de téléphonie Skype pour 8,5 milliards de dollars (6 milliards d’euros), un chiffre qui inclut le rachat des dettes de l’entreprise.

Il s’agit de la plus importante acquisition de l’histoire de Microsoft, dont la politique est plutôt de racheter des start-up jugées prometteuses avant qu’elles ne soient fortement valorisées. Surtout, les analystes s’interrogent sur le montant de la transaction : malgré un chiffre d’affaire de plus de 800 millions de dollars en 2010, l’entreprise a perdu 7 millions de dollars sur l’exercice.

Skype avait annoncé à l’été 2010 son intention d’entrer en Bourse à New York. Des rumeurs de rachat avait couru depuis dans la presse, notamment par l’équipementier en télécoms américain Cisco, Google et Facebook, faisant vraisemblablement monter les enchères. Selon les informations de l’agence Reuters, Google comme Facebook envisageaient plutôt la création d’une co-entreprise avec Skype qu’un rachat pur et simple, pour un montant de trois à quatre milliards de dollars.

SYNERGIES MULTIPLES

Skype avait été vendu par le géant des enchères eBay en novembre 2009 à un groupe d’investisseurs, dans une transaction qui valorisait alors Skype à 2,75 milliards de dollars. Le service d’enchères, qui avait acquis Skype en pensant intégrer un service de téléphonie entre acheteurs et vendeurs, n’avais jamais pu concrétiser ce projet. EBay a conservé une participation de 30 %, tandis que plus de la moitié des parts sont aux mains d’un groupe d’investisseurs menés par les fonds Silver Lake Partners et Andreessen-Horowitz, ainsi que l’Office d’investissement du régime de retraites du Canada (CPPIB).

Pour Microsoft en revanche, le rachat de Skype crée de nombreuses possibilités de synergies avec ses produits existants. Des fonctions de téléphonies pourraient notamment être intégrées au sein de la suite bureautique Office ou du Xbox Live, le système de jeu en ligne de l’entreprise. Microsoft avait développé ces dernières années son propre service de téléphonie sur IP, baptisé Lync, qui est aujourd’hui loin de concurrencer Skype.

source : lemonde.fr

Questions  : une societe qui s endormait ? qui rachete une societe qui s endormait ? Cela peut donner quoi ?

Abrogation des règles d’attribution des noms de domaine en « .fr » au 1er juillet 2011

  • Abrogation des règles d’attribution des noms de domaine en « .fr » au 1er juillet 2011
  • Le Conseil constitutionnel, saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d’Etat, a dans sa décision du 6 octobre 2010, déclaré contraire à la Constitution l’article L. 45 du code des postes et des télécommunications électroniques fixant les règles d’attribution des noms de domaine en France.
    • Sur le plan juridique

    • L’article L. 45 du code des postes et des télécommunications électroniques est relatif à l’attribution des noms de domaine sur Internet et confie à des organismes désignés par le ministre l’attribution et la gestion de ces noms de domaine. Le Conseil constitutionnel reproche au législateur d’avoir entièrement délégué le pouvoir d’encadrer les conditions dans lesquelles les noms de domaine sont attribués ou peuvent être renouvelés, refusés ou retirés. Aucune autre disposition législative n’institue les garanties permettant qu’il ne soit pas porté atteinte aux droits de la propriété intellectuelle, à la liberté de communication et à la liberté d’entreprendre.
    • Sur le plan pratique

    • Le législateur a jusqu’au 1er juillet 2011 pour remédier à l’incompétence négative constatée. Tous les actes d’attribution et de gestion des noms de domaine passés avant cette date par l’Association française pour le nommage internet en coopération (AFNIC) en application du texte litigieux ne peuvent être contestés sur le fondement de cette inconstitutionnalité.
    • L’AFNIC fait remarquer que la censure porte sur la manière dont le législateur a encadré le droit des noms de domaine. Les motifs de cette décision ne remettent pas en cause la désignation de l’AFNIC en tant qu’Office d’enregistrement. En conséquence, les règles actuelles d’attribution et de gestion du « .fr » demeurent inchangées dans l’attente du nouveau cadre législatif (voir www.afnic.fr/actu/nouvelles).
    • Nota : L’AFNIC a été désignée pour exercer la fonction d’office d’enregistrement du domaine de premier niveau du système d’adressage par domaines de l’internet correspondant au « .fr » pour une durée de sept ans par un arrêté du 19 février 2010 (JO 2 mars 2010).
  • Décision n° 2010-45 QPC du 6 octobre 2010, http://www.conseil-constitutionnel.fr
  • source : http://www.les-experts-comptables.com/lettres/20101112/breves/20970.html

Impression sans fil AirPrint d Apple pour iPad, iPhone et iPod touch

  • La fonction d’impression sans fil AirPrint d’Apple pour iPad, iPhone et iPod touch sera disponible en novembre prochain

    Cette fonction sera proposée en premier lieu sur les imprimantes HP ePrint

    CUPERTINO, Californie — le 15 septembre 2010 — Apple® a annoncé aujourd’hui qu’une version bêta de sa fonction d’impression sans fil AirPrint pour iPad™, iPhone® et iPod touch® était mise à la disposition des membres du programme développeurs iOS d’Apple et que cette fonction serait incluse dans la mise à jour gratuite iOS 4.2 disponible en novembre prochain. AirPrint détecte automatiquement les imprimantes d’un réseau local et peut y imprimer du texte, des photos et des graphismes via Wi-Fi, sans avoir besoin au préalable d’installer des pilotes ou de télécharger des logiciels. Les imprimantes HP existantes ainsi que les prochaines imprimantes basées sur la technologie ePrint seront les premières à offrir cette fonctionnalité d’impression directement depuis des appareils iOS.

    « AirPrint est la nouvelle architecture puissante d’Apple dédiée à l’impression et elle offre la même simplicité d’utilisation qu’iOS, puisqu’elle ne requiert pas de configuration, ni d’installation de pilotes d’impression ou de téléchargement de logiciels », déclare Philip Schiller, Apple’s senior vice president of Worldwide Product Marketing. « Les utilisateurs d’iPad, iPhone et iPod touch peuvent imprimer leurs documents ou photos simplement, en quelques pressions du doigt, et sans fil vers une imprimante HP ePrint ou une imprimante partagée sur un Mac ou un PC. »

    « Nous sommes ravis de travailler avec Apple pour rendre AirPrint disponible sur notre gamme d’imprimantes ePrint lancée cet automne, juste à temps pour les fêtes », déclare Vyomesh Joshi, executive vice president, Imaging and Printing Group chez HP. « L’une de nos priorités clés consiste à permettre à nos clients d’imprimer à tout moment et partout. Les utilisateurs d’iPad, iPhone et iPod touch vont adorer la facilité avec laquelle ils vont pouvoir imprimer grâce à nos imprimantes ePrint, et ainsi créer des documents de qualité, très rapidement. »

    AirPrint est conçu pour supporter une gamme étendue d’imprimantes, des modèles d’entrée de gamme jet d’encre jusqu’aux imprimantes laser de bureau. De plus, les appareils iOS 4.2 peuvent imprimer vers des imprimantes partagées via un Mac® ou un PC. Les imprimantes HP lancées cet automne et compatibles iOS 4.2 comprennent les imprimantes Photosmart, Officejet, Officejet Pro et LaserJet Pro series basées sur la technologie ePrint.

    *AirPrint fonctionnera avec iPad, iPhone 4, iPhone 3GS et iPod touch (troisième génération ou ultérieure).

    Apple conçoit les Mac, les meilleurs ordinateurs personnels au monde, ainsi que le système d’exploitation OS X, les suites iLife et iWork et des logiciels professionnels. Apple mène la révolution de la musique numérique avec ses iPod et l’iTunes Store en ligne. Apple a réinventé la téléphonie mobile avec son iPhone et son App Store révolutionnaires, et a récemment introduit le magique iPad, qui dessine l’avenir des appareils multimédias et informatiques mobiles.

    Contacts Presse :
    Jasmine Khounnala
    Apple
    01 56 52 97 48
    khounnala.j@euro.apple.com

    Anne-Lise Ibrahimoff
    Rumeur Publique
    01 55 74 52 18
    anne-lise@rumeurpublique.fr

    NOTE AUX RÉDACTEURS : Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site de relations avec la presse d’Apple ou d’appeler la Ligne Infos Médias au 01 56 52 96 91.

    © 2010 Apple Inc. Tous droits réservés. Apple, le logo Apple, Mac, Mac OS, Macintosh, iPad, iPhone et iPod touch sont des marques d’Apple. Les autres noms de produits ou de sociétés mentionnés dans ce document appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

Risposte graduee pour les pirates d Internet

  • La réforme se met en place. Les premiers avertissements pourraient être adressés aux contravenants début 2010.
  • Après des mois de débats entre les fervents défenseurs des droits d’auteur, représentés par les industries musicale et cinématographique, et les farouches opposants à toute entrave à la liberté de circulation des oeuvres sur Internet, il aura fallu deux lois pour fixer le régime de protection des oeuvres littéraires et artistiques sur Internet. Le point sur les sanctions désormais encourues en cas de téléchargement illégal.
  • Création d’une haute autorité
  • Une autorité publique indépendante a été créée : la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi). Elle a notamment pour mission d’encourager le développement de l’offre légale, d’observer l’utilisation licite et illicite sur Internet des oeuvres auxquelles est attaché un droit d’auteur et de protéger ces oeuvres.
  • Pouvoirs d’investigation. L’Hadopi dispose d’agents oublics assermentés chargés d’examiner les faits de piratage qui lui sont soumis. Ils peuvent obtenir tous documents, quel qu’en soit le support, y compris les données traitées par les fournisseurs d’accès à Internet (FAI), à savoir l’identité, l’adresse postale, l’adresse électronique et les coordonnées téléphonique de l’abonné dont l’accès à Internet a été utilisé pour reproduire et mettre à la disposition du public des oeuvres protégées sans l’autorisation des titulaires des droits (ex. : peer-to-peer).
  • Deux e-mail d’avertissement
  • L’Hadopi peut :
  • – lorsqu’elle est informée de faits de piratage, envoyer à l’internaute contrevenant, un mail lui enjoignant de respecter la loi, l’avertissant des sanctions encourues et l’informant sur l’offre légale ;
  • – lorsque cet internaute récidive dans les 6 mois, lui adresser un deuxième mail d’avertissement qui est alors doublé par lettre recommandée.
  • Intervention du juge
  • Procédure pénale allégée. L’internaute pirate peut ensuite être poursuivi devant le tribunal correctionnel en formation restreinte (un juge unique suffit).
  • Suspension d’abonnement. Outre les sanctions classiques du délit de contrefaçon (au plus 3 ans de prison et 300 000 € d’amende), l’internaute risque une suspension d’un an maximum de son abonnement à Internet. Si l’abonnement inclut d’autres services (ex. : aussi la TV et le téléphone), la suspension ne s’applique pas à ces services.
  • Le juge se prononcera au vu des circonstances, de la gravité des faits, de la personnalité de l’internaute, de son activité professionnelle et de sa situation économique. S’il est condamné, l’internaute ne pourra, pendant tout ce temps, s’abonner chez un autre opérateur. Même s’il ne bénéficie plus du service, il devra a priori continuer à payer son abonnement et, s’il le résilie, ce sera à ses frais. n
  • Sources. Loi Hadopi I 2009-669 du 12 juin 2009, JO du 13 ; loi Hadopi II 2009-1311 du 28 octobre 2009, JO du 29.

( source : www.les-experts-comptables.com )

Ce matin plus de blogs a cause d attaques sur les serveurs 90 plan d OVH

Concerne le projet— Hébergements mutualisés

Incident
tous les plans
Détails de l assistance technique OVH :
Depuis 0h00, nous avons une forte attaque sur le 90plan. environ 5000IP
envoient plus de 3’000’000 nouvelles connexions /seconde. Nous avons en
parti reglé le probleme à partir de 2h du matin, mais le systeme s’est
destabilisé à partir de 5h à nouveau. On est en train de regler à
nouveau le probleme.

Commentaire de OVH – vendredi, 04 septembre 2009, 08:50

Nous nous sommes pris autrement. Le probleme est reglé. Mais
on regarde les effets de bords.
Commentaire de OVH – vendredi, 04 septembre 2009, 09:14

Bon l’attaque est maitrisée mais on cherche une maniere plus jolie
de la gerer. Ce n’est pas intelectuellement pas très propre mais ça
marche. Ca aurait été plus simple si la commande flow mask marchait
correctement …

En parallele, on fait en boucle la liste de nouvelles IP qui nous
attaquent pour les ajouter dans nos access-list.

Sinon:
Nous avons subit une attaque hier dans la journée sur 60gp et
depuis minuit on la recoit sur 90plan. Les hackers profitent de
la nuit aux USA pour la generer.

L’attaque est une bete SYN flood. La problematique est la quantitée
de nouvelles connexions /seconde (un peu plus de 3’000’000). On la
regle avec policy flow mask mais les commandes ne fonctionnent pas
correctement.

Les communications entre le systeme de repartition de charge (la carte
SLB de Cisco) et le reseau s’arretent de fonctionner au bout de 4-5
secondes puis la carte voit tout en panne. Il faut la redemarrer ce
qui prend 4-5 minutes. Nous avons d’abord pensé à une panne de la SLB
et nous l’avons changé à 1h00 par une spare mais c’était pas ça.
http://travaux.ovh.com/?do=details&id=3359

http://smokeping.ovh.net/ovh-server-statistics/show.cgi?target=Plans.90plan.http-90plan
On continue à bosser pour regler tout ça. Mais on aurait pu mieux
faire (facile de le dire après …).

Bienvenue ! –> N° APPEL UNIQUE DE NOS CABINETS 01 82 83 14 00

 

Blogs lies : Mon blog d’un expert-comptable à Paris
Mon blog sur le Mac
Mon blog pour les comités d’entreprises
Mon premier blog


Sites lies :

COMPTA .NET 90P
COMPTA .BIZ
compta .eu

bohdanowicz .com

commissaire aux comptes .biz
commissaire aux comptes .tv
commissaire aux comptes .name
commissaire aux comptes .be

bilan comptable .biz/
bilan comptable .info/
bilan comptable .org/
bilan comptable .eu/
bilan comptable .tv/
bilan comptable .pro/
bilan comptable .name/
bilan comptable .me/
bilan comptable .be/
bilan comptable .mobi

bilan comptable Paris .pro
bilan comptable Paris .name
bilan comptable Paris .me
bilan comptable Paris .fr
bilan comptable Paris .eu
bilan comptable Paris .info
bilan comptable Paris .biz
bilan comptable Paris .org
bilan comptable Paris .net
bilan comptable Paris .com
bilan comptable Paris .be

expert comptable .biz
expert comptable .me
expert comptable .name
expert comptable .mobi

expert comptable – paris .net

expert comptable 75 .be
expert comptable 75 .biz
expert comptable 75 .com
expert comptable 75 .eu
expert comptable 75 .fr
expert comptable 75 .info
expert comptable 75 .net
expert comptable 75 .org

expert comptable paris .com
expert comptable paris .name
expert comptable paris .me
expert comptable paris .mobi
expert comptable paris .pro

experts comptables .name
experts comptables .me/
experts comptables .pro

experts comptables 75 .be
experts comptables 75 .com
experts comptables 75 .fr
experts comptables 75 .info
experts comptables 75 .net
experts comptables 75 .org
experts comptables 75.eu R3
experts comptables 75 .biz R3

Expert-comptable – commissaire – aux – comptes .net

LES – EXPERTS – COMPTABLES .COM

 

VIDEOMAG.NET R3 90P

CABINET – COMMISSAIRES – AUX – COMPTES .COM
CABINET – COMMISSAIRES – AUX – COMPTES .NET

commissaire aux comptes .mobi

commissaire – aux – comptes .be

commissaire – aux – comptes – france .com R2
commissaire – aux – comptes – france .fr R
commissaire – aux – comptes – france .net R

commissaire aux comptes paris .org
commissaire aux comptes paris .info
commissaire aux comptes paris .fr
commissaire aux comptes paris .eu
commissaire aux comptes paris .com
commissaire aux comptes paris .biz
commissaire aux comptes paris .be

commissaires – aux – comptes .eu

commissaire aux apports .org
commissaire aux apports .net
commissaire aux apports .info
commissaire aux apports .fr
commissaire aux apports .eu
commissaire aux apports .com
commissaire aux apports .biz
commissaire aux apports .be

commissaire aux apports paris.be
commissaire aux apports paris.biz
commissaire aux apports paris.com
commissaire aux apports paris.eu
commissaire aux apports paris.fr
commissaire aux apports paris.info
commissaire aux apports paris.net
commissaire aux apports paris.org

cabinet – comptable .be

CABINET – EXPERT – COMPTABLE .BIZ
CABINET – EXPERT – COMPTABLE .FR R
CABINET – EXPERT – COMPTABLE .NET

CABINET – EXPERTS – COMPTABLES .NET

compta – en – ligne .biz R
compta – en – ligne .info

expert comptable – ce .eu R
expert comptable – ce .net R3
expert comptable – ce .fr R3
expert comptable – ce .biz
expert comptable – ce .info
expert comptable – ce .org
expert comptable – ce .com R
expert comptable – ce .be R

expert – comptable – ce .fr R

experts comptables paris .name/
experts comptables paris .me/
experts comptables paris .pro


EXPERT – COMPTABLE .COM .FR 90P

cabinets-comptables-paris .eu R
cabinets-comptables-france .eu R

experts-comptables-paris .org R
experts comptables france .eu

expert-comptable-paris .org R
expert comptable-paris .net

 

cabinets comptables.com 90P

cabinets comptables .be
cabinets comptables .biz
cabinets comptables .eu
cabinets comptables .fr
cabinets comptables .info
cabinets comptables .net
cabinets comptables .org

comptables paris .com
comptables paris .net
comptables paris .info
comptables paris .fr
comptables paris .eu
comptables paris .biz
comptables paris .be
comptables paris .org

les comptables .biz
les comptables .org
les comptables .info
les comptables .fr
les comptables .eu
les comptables .net

accounting online home.fr 1&1
experts – comptables – france .com
experts – comptables – france .net
experts – comptables – france .fr

expert – comptable – france .net
expert – comptable – france .fr
expert – comptable – france .com

commissaires – aux – comptes – france .net
commissaires – aux – comptes – france .fr
commissaires – aux – comptes – france .com


expert – comptable – comite – entreprise .com 1&1
expert – comptable – comite – entreprise .fr
expert – comptable – comite – entreprise .net
expert – comptable – comite – entreprise .info
expert – comptable – comite – entreprise .eu

experts comptables .biz
experts – consultants .net

audit – accountancy .com

commissaire – aux – comptes .name
commissaire – aux – apports .info R
commissaires – aux – comptes .name R


s139975523.onlinehome.fr 1&1
commissaire – aux – apports .com
commissaire – aux – apports .net R2
commissaire – aux – apports .fr R2

cabinets – comptables .name
cabinet – comptable .name

cabinets – comptables – online .name
cabinet – comptable – online .name

experts – comptables .name
expert – comptable .name

experts comptables – paris .eu

experts – comptables – online .net
expert – comptable – online .net

experts – comptables – Paris .info


CABINET COMPTABLE .NET 90P
cabinet comptable .com
cabinet comptable .fr
cabinet comptable .name/


Bohdanowicz .fr
Michel BOHDANOWICZ .FR

WEB GESTION .COM 90P
audit – france .eu R
web compta .eu R
cabinet – audit .eu

WEBGESTION.NET 90P R

Expert – comptable – commissaire – aux – comptes .com

mbohda.google pages .com

MBOHDA. FREE .FR
PERSO ORANGE .FR / CABINET BOHDANOWICZ


ENGLISH GESTION .COM
chartered – accountants – france .eu

ESPANOL GESTION .NET
asesor – contable – fiscal .eu
auditores – asociados .eu
auditores – cuentas .eu
censor – jurado .eu

LE VPN EST IL POSSIBLE SUR MAC ?

  • Sur l’aspect vpn, je ne vais pas m’apesentir car a mon avis c’est quasiment le plus complique en reseau
    quelques concepts pour simplifier :
  • les virtual private network
    c’est comme relier deux sites distants avec une ligne specialisee
    mais en passant par l’internet public donc ca coute moins cher
    et pour assurer la securite du tunnel, on s’appuie sur des protocoles de chiffrement…
  • pour etablir cette liaison et les chiffrements
    soit on utilise des boitiers specialises
    soit on utilise des logiciels
  • ensuite soit on connecte des postes de travail
    soit on connecte des reseaux
  • applique a mon cas
  • pour mon bureau de Garches derriere la freebox j’ai un boitier Fortinet
    qui gere le vpn mais qui sert aussi de firewall et d’antivirus
    avant j’avais une esabox d’expert sa qui est en fait un pc sous linux qui faisait a peu pres la meme chose
  • et pour mon bureau de guadeloupe un modem routeur bewan
    qui gere la connection internet en adsl et qui sait creer un tunnel vpn
  • donc le tunnel est ouvert en permanence entre les deux sites
    et chaque poste d’un reseau local peut acceder aux ressources de l’autre reseau local
  • ensuite sur mon portable j’ai un logiciel qui s’appelle vpn tracker
    qui cree un tunnel de mon poste par exemple quand je suis chez moi
    vers l’un ou l’autre de mes cabinets
    mais tout ca n’est pas simple car souvent on passe derriere des routeurs adsl qui ne laissent pas forcement passer les flux
  • en fait c’est beaucoup d’heures passees pour comprendre
    et je ne prendrais pas le risque de le faire pour d’autres…

UN PC OU MAC EN ETHERNET PARTAGE LA CONNECTION WIFI D UN AUTRE MAC

  • le contexte :
    Mon fils a un mac dans sa chambre au premier etage connecte a internet en wifi vers une borne du rdc
    Je lui amene un pc sans carte wifi mais avec une carte ethernet pour ses etudes
  • d’abord on branche le mac et le pc sur un ecran tft sony avec deux entrees video
    ce qui permet de switcher d’une machine a l’autre avec un simple bouton sur l ecran
  • Pour l’acces a internet :
    je relie le mac et le pc avec un cable ethernet croise
    toutes les machines sont configurees avec des ip fixes
  • sur mac je configure le port airport pour qu’il apparaisse en premier
    et le port ethernet en deuxieme sinon plus d’acces web si le port ethernet passe avant le port airport
    Attention ethernet sur le mac et le pc sont configures pour etre sur un sous reseau different du sous reseau wifi du mac
  • le mac partage sa connection wifi vers ethernet
  • Le pc est configure pour voir l adresse ethernet du mac comme passerelle
  • Et le pc accede a internet grace a l’acces wifi du MAC
    Magique :-))
  • ce qui est encore plus etonnant c’est que l’on peut faire pareil
    entre deux macs reliees par un cable firewire au lieu de ethernet
  • …bon d’accord j’ai un peu rame 🙂
    et l’assistance Apple a ete nulle… 🙁
    alors merci aux infos lues sur le site http://www.xrings.com/xrings/