IPAD PRO POUR VOTRE ENTREPRISE ?

MBZ : Ipad Pro ?

On sent bien qu Apple a une strategie de convergence entre iOs et MacOs malgre le succes de ses mac portables, et que le succes de la surface de Microsoft ne peut que les interpeler.

Pour autant vu le prix de l ensemble avec clavier… , personnellement je prefere pour l instant le MacBook Air, d autant plus que beaucoup d applications mac ne sont pas encore developpees pour iOs…

Un article interessant sur l Ipad Pro :

Doté d’un clavier physique et d’un stylet complémentaires, l’iPad Pro vise clairement les professionnels en entreprise. Il sera disponible en novembre à partir de 799 dollars et jusqu’à 1347 dollars avec la 4G, un clavier et un stylet !

Alors, révolution ou pas ? Pas tellement, dans la mesure où l’iPad Pro était déjà connu et attendu. Apple a simplement officialisé son appareil hier durant sa keynote, et dévoilé les caractéristiques. Pas de quoi sauter au plafond : il est doté d’un écran Retina de 12,9 pouces (2732×2048 pixels), embarque un processeur A9X de 3ème génération 64 bits épaulé par un coprocesseur M9, le TouchID, un APN 8 mégapixels iSight mais aussi 4 haut-parleurs, le WiFi 802.11ac et une puce 4G (en option).

Plus grand que ses petits frères donc (iPad Air 2 : 9,7 pouces, 2048 x 1536), il mesure 6,9 mm d’épaisseur pour un poids de 710 grammes. Son prix débute à 799 dollars en WiFi 32 Go, 949 dollars pour la version WiFi 128 Go et 1 079 dollars pour la même version avec la 4G en plus. Tous les modèles seront disponibles en novembre.

Séduire les entreprises

Evidemment, ce sont les professionnels qui sont visés avec cet appareil. C’est pourquoi Apple propose en option un clavier physique à 169 dollars qui se fixe sur la tranche via le Smart Connector ainsi qu’un stylet Apple Pencil à 99 dollars, sensible à la pression et à l’inclinaison.

Le stylet fera bien rire ceux qui suivent les conférences d’Apple depuis plusieurs années. Ils se rappelleront au bon souvenir de Steve Jobs qui affirmait « mais qui a besoin d’un stylet ? ». A l’époque, la salle était hilare puisqu’Apple raillait ses concurrents, en particulier Microsoft. Aujourd’hui, retournement de situation : le constructeur a décidé d’opter pour une telle option, appréciée par les professionnels notamment les collaborateurs nomades. L’iPad Pro est évidemment encore plus puissant et Apple affirme qu’il surclasse 80% des PC portables du marché, mais aussi qu’il est « presque deux fois plus rapide que l’iPad Air 2 ».

Tout est dit, tout est clair dans le jeu d’Apple, qui convoite donc ouvertement les entreprises. Mais le constructeur à la pomme aura fort à faire, sur un marché où Windows est déjà très présent. Sur le papier, l’iPad Pro est donc un rival à la Surface Pro de Microsoft qui comme nous l’écrivions encore hier, remporte de plus en plus de suffrages dans l’entreprise. Mais pour cela, l’éditeur de Redmond s’est entouré de partenaires-distributeurs-intégrateurs, car les règles du marché professionnel ne sont pas les mêmes que celles du grand public. Reste donc à voir comment Apple va attaquer les entreprises : elle avait déjà noué un partenariat avec IBM, mais ce ne sera sans doute pas suffisant.

 

SOURCE : http://www.linformaticien.com/actualites/id/37760/l-ipad-pro-convaincra-t-il-les-entreprises.aspx

 

 

Icloud : la presentation

iCloud en quelques mots…

En plus il est gratuit !

Steve Jobs a présenté iCloud:

  • Le nuage devient un hub.
  • Les données sont automatiquement envoyées là-bas et ensuite synchronisées sur les autres appareils.
  • Intégration totale avec les applications.
  • Tout est automatique.
  • Enfin, le partage de calendrier si déficient avec MobileMe a été revu !
  • Les mails sont synchronisés entre tous les appareils comme… le fait l’IMAP.
  • Sauvegarde des iAppareils sur le Cloud une fois par jour.
  • Si l’on change de mobile, on rentre identifiant et mot de passe et tout est remis à distance dessus.
  • Les documents peuvent aussi être partagés via le Cloud.
  • Il y aura des API iCloud qui fonctionneront aussi sur Mac et PC.
  • Système à la Picasa de Google pour pousser ses images en ligne.
  • Géré directement dans iPhoto.
  • Sous Windows, pas d’application spécifique mais gère le dossier images.
  • Fonctionnera aussi sur l’Apple TV.
  • Limité aux 1000 photos les plus récentes et les efface au bout de 30 jours.
  • iTunes passe au Cloud. Il est enfin possible de retélécharger plusieurs fois les mêmes morceaux sans payer.
  • Téléchargement automatique des morceaux achetés sur le même compte sur une autre machine.
  • Attention, il y a une nouvelle limite à 10 appareils alors qu’auparavant il n’y avait pas de limite sur les appareils iOS !
  • TOUS CES SERVICES SONT GRATUITS.
  • La capacité de stockage est limitée à 5 Go mais cela ne comprend pas ce qui est acheté sur iTunes.

source : MacBidouille.fr

 

iCloud : le hub numérique à l’heure d’iOS
Si Steve Jobs avait laissé ses collaborateurs faire la présentation d’iOS et de Mac OS X, c’est lui-même qui s’est chargé d’expliquer le principe d’iCloud.


Le cofondateur d’Apple a tout d’abord expliqué deux choses : le principe du hub numérique présenté il y a maintenant une dizaine d’années et qui a longtemps été le fer de lance de la stratégie d’Apple est complètement dépassé. D’autre part, il a reconnu que MobileMe était loin d’être la meilleure réalisation d’Apple, mais « on a beaucoup appris » a déclaré Steve Jobs. Pour beaucoup, le nuage, c’est un gros disque dur sur Internet. Pour Apple, c’est bien plus que cela. Il s’agit de synchroniser toutes vos données, le tout de manière transparente. Le nuage étend la capacité de stockage de l’iPhone ou de l’iPad, et détruit la notion de système de fichiers : logique applicative de la gestion de documents

Parmi les applications repensées pour iCloud, il y a le calendrier, le carnet d’adresses et iBooks. Vous achetez un livre, celui-ci est automatiquement stocké dans le nuage et est transmis à tous vos appareils.

iCloud comprend également un système de sauvegarde. Le contenu d’un appareil iOS (préférences, photos, données des applications) sera sauvegardé quotidiennement sur iCloud à condition de disposer d’une connexion Wi-Fi.

Lorsque vous achetez un nouveau terminal, il suffira d’entrer votre identifiant et mot de passe Apple pour qu’il se paramètre automatiquement et que vous retrouviez votre environnement de travail.

Plusieurs services sont associés à iCloud. Apple offre notamment le stockage de documents automatiquement depuis l’application qui a servi à le réaliser. Par exemple depuis Pages la sauvegarde peut se faire directement dans le nuage. Il en va de même avec Numbers et Keynote.

Ensuite on peut à tout moment récupérer ces documents depuis son Mac ou son iPhone (où iWork est, fort à propos, arrivé il y a quelques jours). Au lancement, l’application demande si l’on veut utiliser iCloud et le cas échéant elle va télécharger en arrière-plan les documents présents en ligne. De là on pourra continuer à travailler ou le présenter même si l’on a oublié l’iPad que l’on pensait utiliser au départ.

Lorsqu’une modification est apportée à un document sur un appareil, elle est transmise au nuage et répercutée automatiquement sur les autres appareils. Au passage Steve Jobs y voit une manière pour certains utilisateurs de ne plus s’embarrasser avec des gestionnaires de fichiers puisque tout se fait automatiquement et de manière transparente. Mieux, les applications tierces auront un accès à iCloud via une interface de programmation offerte aux développeurs iOS, Mac OS X mais aussi Windows.

Autre service proposé : la possibilité de synchroniser les photos simplement sur toutes vos machines, y compris sur Apple TV à l’aide de Photo Stream. Le service conservera vos 1000 dernières photos pendant 30 jours, et toutes celles que vous voudrez conserver indéfiniment.

iTunes Match : en guise de one more thing
iTunes grimpe lui aussi dans le nuage d’iCloud. Tous les morceaux que vous avez achetés à Apple y sont à disposition, prêts à être téléchargés vers votre appareil iOS en cas de besoin. On peut récupérer un album complet ou des titres à l’unité. Aucun frais supplémentaire pour accéder ainsi à son historique d’achats sur plusieurs appareils iOS.

Concrètement, un nouvel onglet « Achats » figure dans iTunes avec la liste de ses morceaux et l’icône du petit nuage en regard. Deux listes sont présentées, celle lisant l’intégralité de sa bibliothèque et l’autre avec les morceaux absents de l’appareil. Un tap sur le nuage déclenche la récupération depuis le nuage. Mais le procédé peut être automatisé, lorsque vous achetez un morceau depuis votre iPhone par exemple il sera aussitôt synchronisé via le nuage et envoyé vers votre iPad, en Wi-Fi ou en 3G. Ce service est proposé gratuitement, avec une qualité des morceaux en 256 Kbps et 10 périphériques autorisés. iTunes Coud fonctionnera dès maintenant à partir d’iOS 4.3.3.

http://static.igeneration.fr/img/2011/4/stevejobswwdc2011liveblogkeynote1031-20110606-205229.jpg
Pour ce qui est de la musique que l’on n’a pas achetée sur iTunes ou que l’on a ripée depuis un CD, Apple propose iTunes Match. iTunes scanne ces morceaux et propose de donner accès à leur équivalent dans iCloud. Aucun transfert de fichiers vers le nuage n’est requis, sauf dans le cas où aucune correspondance n’est trouvée. Pour disposer d’un accès via iCloud de cette musique obtenue par d’autres voies, Apple demande 24,99$ par an des morceaux en qualité AAC 256 Kbps. Toujours pour ces morceaux non achetés sur iTunes, la limite est de 25 000 titres. À l’inverse, point de limite pour les morceaux achetés sur iTunes.

iCloud sera gratuit et dépourvu de publicité. Apple offrira 5 Go d’espace de stockage pour les mails, documents et sauvegardes. Musique, applications et libres ne sont pas comptés dans ce quota. On imagine qu’il faudra mettre la main à la poche pour avoir une plus grosse quantité de stockage.

iTunes Cloud est disponible dès aujourd’hui en bêta pour les développeurs. Son lancement officiel interviendra à l’automne.

 

source : macgeneration.com

Microsoft rachete Skype

Microsoft rachète Skype

Skype, fondé en 2003, compte actuellement quelque 170 millions d'utilisateurs connectés par mois, qui ont passé plus de 207 milliards de minutes de communications vocales et vidéo en 2010.

Skype, fondé en 2003, compte actuellement quelque 170 millions d’utilisateurs connectés par mois, qui ont passé plus de 207 milliards de minutes de communications vocales et vidéo en 2010. AFP/MARIO TAMA

Le géant de l’informatique Microsoft a confirmé, ce mardi, avoir racheté le service de téléphonie Skype pour 8,5 milliards de dollars (6 milliards d’euros), un chiffre qui inclut le rachat des dettes de l’entreprise.

Il s’agit de la plus importante acquisition de l’histoire de Microsoft, dont la politique est plutôt de racheter des start-up jugées prometteuses avant qu’elles ne soient fortement valorisées. Surtout, les analystes s’interrogent sur le montant de la transaction : malgré un chiffre d’affaire de plus de 800 millions de dollars en 2010, l’entreprise a perdu 7 millions de dollars sur l’exercice.

Skype avait annoncé à l’été 2010 son intention d’entrer en Bourse à New York. Des rumeurs de rachat avait couru depuis dans la presse, notamment par l’équipementier en télécoms américain Cisco, Google et Facebook, faisant vraisemblablement monter les enchères. Selon les informations de l’agence Reuters, Google comme Facebook envisageaient plutôt la création d’une co-entreprise avec Skype qu’un rachat pur et simple, pour un montant de trois à quatre milliards de dollars.

SYNERGIES MULTIPLES

Skype avait été vendu par le géant des enchères eBay en novembre 2009 à un groupe d’investisseurs, dans une transaction qui valorisait alors Skype à 2,75 milliards de dollars. Le service d’enchères, qui avait acquis Skype en pensant intégrer un service de téléphonie entre acheteurs et vendeurs, n’avais jamais pu concrétiser ce projet. EBay a conservé une participation de 30 %, tandis que plus de la moitié des parts sont aux mains d’un groupe d’investisseurs menés par les fonds Silver Lake Partners et Andreessen-Horowitz, ainsi que l’Office d’investissement du régime de retraites du Canada (CPPIB).

Pour Microsoft en revanche, le rachat de Skype crée de nombreuses possibilités de synergies avec ses produits existants. Des fonctions de téléphonies pourraient notamment être intégrées au sein de la suite bureautique Office ou du Xbox Live, le système de jeu en ligne de l’entreprise. Microsoft avait développé ces dernières années son propre service de téléphonie sur IP, baptisé Lync, qui est aujourd’hui loin de concurrencer Skype.

source : lemonde.fr

Questions  : une societe qui s endormait ? qui rachete une societe qui s endormait ? Cela peut donner quoi ?

Les nouveaux MacBook Pro sont enfin disponibles

Apple lève le voile sur les MacBook Pro

  • Les nouveaux MacBook Pro sont enfin disponibles. Equipés des processeurs et de puces graphiques de dernière génération, comparé aux précédents modèles, ils présentent l’avantage de disposer de la technologie Thunderbolt offrant un débit considérable et de deux caméras HD.
  • Apple dévoile enfin les caractéristiques techniques de sa nouvelle gamme de MacBook Pro. Une performance multipliée par 2 selon les dires de la firme à la pomme, grâce à ses processeurs Sandy Bridge Intel Core bicoeurs i5 cadencés à 2,3 ou 2,7 GHz (13 pouces) et quadricoeurs i7 cadencés à 2,3 GHz (15 et 17 pouces) ainsi que ses puces graphiques de dernière génération, Intel HD 3000 (13 pouces) et AMD Radeon HD avec 1 Go de mémoire vidéo permettant de supporter les jeux vidéo, le montage vidéo professionnel et les applications graphiques gourmandes (15 et 17 pouces). Côté stockage, ils seront dotés d’un disque dur allant de 320 Go pour l’entrée de gamme et de 750 Go pour les MacBook Pro les plus évolués.
  • Technologie Thunderbolt et FaceTime HD
  • Autre nouveauté à l’ordre du jour, l’intégration de la technologie d’E/S à haut débit Thunderbolt, développée par Intel, qui, comme le précise Philip Schiller, senior vice président de la division Marketing Monde d’Apple, « fournit un débit de 10 gigabits par seconde ». Il s’adapte aux périphériques externes de haute performance et prend en charge les le FireWire et l’USB, ainsi que les réseaux Ethernet Gigabit par le biais d’adaptateurs. Cette technologie permet également de supporter la norme DisplayPort pour les écrans haute résolution et est compatible avec le HDMI, le DVI et le VGA.

    Les nouveaux MacBook Pro sont équipés de caméras HD et de la solution FaceTime permettant de réaliser des appels en visioconférence en haute définition s’ils sont émis vers des MacBook Pro et en définition standard pour les communications passées vers d’autres terminaux.

    Côté design, Apple a opté pour une coque en aluminium et pour un écran panoramique LED rétroéclairé pour un meilleur confort. Enfin, niveau autonomie, il pourra tenir jusqu’à 7 heures.

    Tous les Mac sont livrés avec Mac OS X Snow Leopard, et iLife 11, la suite d’applications permettant de créer et de partager des photos, des films et de la musique. Ils sont d’ores et déjà disponibles sur Internet depuis le site d’Apple ou chez les revendeurs agréés. Il faudra compter 1149 euros pour le MacBook Pro 13 pouces d’entrée de gamme, 1749 euros en premier prix pour le 15 pouces et 2499 euros pour le modèle 17 pouces.

source : http://zorglub.pcpresse.net