Les posts geeks

Ipad : Les ventes de la tablette Apple devraient depasser les 20 millions d’unités durant le 2eme trimestre de l’annee.

Donc si je dis que je prefere mon nouveau MacBook Pro Retina recu cette semaine je suis atypique…

En fait je comprends que 95% des particuliers soient seduits

mais c est vrai que j attends une plus grande convergence des OS…

En attendant je ne me sers pas de mon Ipad2 je vais le passer a mon fils…

 

Les ventes de la tablette Apple devraient dépasser les 20 millions d’unités durant le 2ème trimestre de l’année. A terme, il se vendra plus d’iPad que d’iPhone, particulièrement après l’ouverture du marché chinois.

Plus haut, plus vite, plus fort. En cette année Olympique, la devise du baron de Coubertin s’applique parfaitement à la tablette Apple. Alors qu’il s’était vendu 11 millions de tablettes durant le 1er trimestre 2012, ce chiffre pourrait être pratiquement doublé durant le second. C’est en tout cas l’estimation de Charlie Wolf de Needham & Company qui a relevé sa prévision.

Dans un premier temps, il estimait les ventes à 13,5 millions entre avril et juin. Le chiffre réel – qui sera communiqué par Apple dans les prochains jours – serait de l’ordre de 20 millions. Selon lui, ce n’est qu’une question de temps pour que les ventes de la tablette dépassent celles du téléphone. Ce dernier se serait écoulé à 28 millions d’exemplaires durant le dernier trimestre contre 35 pour la période janvier-mars. Outre l’essoufflement du modèle actuel, l’iPhone pourrait être rapidement dépassé par l’iPad car celui-ci sera disponible sur le marché chinois à partir du 20 juillet prochain, maintenant que le contentieux autour de la marque iPad a été réglé avec la société Proview.

Selon Chalie Wollf, le nouvel iPad a très bien démarré (Apple annonce 3 millions d’exemplaires en trois jours) mais la croissance a également été soutenue par les résultats de l’iPad 2 16 go proposé au prix de 399 dollars. Pour le premier modèle sorti en janvier 2010, il avait fallu 80 jours à Apple pour atteindre le chiffre de 3 millions et environ un mois pour l’iPad 2.

Les résultats d’Apple pour son troisième trimestre fiscal (avril-Juin) seront publiés le 24 juillet prochain.

source : http://www.linformaticien.com/actualites/id/25656/ipad-toujours-plus-haut.aspx

Pourquoi Facebook et Google devraient avoir disparu d ici 5 ans ?

Pourquoi Facebook et Google devraient avoir complètement disparu d’ici 5 ans s ils ne reagissent pas ?

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Tumblr

La lecture de la semaine est un post de blog hébergé sur le site de Forbes, blog tenu par un certain Eric Jackson (@ericjackson), fondateur de la société de capital-risqueIronFire. Le post est intitulé « Voici pourquoi Facebook et Google devraient avoir complètement disparu d’ici 5 ans ». Ce qui est intéressant, c’est que ce post a été écrit fin avril, bien avant donc les déboires qui accompagnent l’introduction de Facebook au Nasdaq en début de semaine. Mais il donne des pistes pour comprendre à quel point Facebook a été survalorisé.


Image : Dead end photographié par ashley adcox.

Eric Jackson commence par expliquer que deux théories s’affrontent pour expliquer les cycles de vie des grandes entreprises. Celle qui considère prioritairement la manière dont elles sont dirigées, la qualité des dirigeants donc, leur formation, leurs visions stratégiques, etc. et qui étudie l’effet de ces paramètres sur l’entreprise elle-même. La seconde théorie porte le nom d' »écologie entrepreneuriale » et insiste au contraire sur les effets de milieux, le moment où est née l’entreprise, dans quel contexte, reléguant au second plan les décisions des dirigeants. Eric Jackson dit avoir longtemps dédaigné cette seconde théorie, mais l’observation de l’économie numérique l’amène aujourd’hui à considérer que la viabilité d’une entreprise dépend grandement du moment et du contexte de sa naissance. Et pour lui, il y a de grandes différences entre les Babys Boomers, la génération X (celle des années 70), et celle du nouveau millénaire, ce qui donne, en termes d’économie numérique, trois périodes. Le web 1.0, celui de Netscape, Google ou Amazon. Le web 2 .0, celui de Facebook, LinkedIn ou Groupon. Et le Mobile (avec par exemple Instagram). Et chaque génération a beaucoup de mal à s’adapter aux changements apportés par la nouvelle génération. Google s’est imposé en organisant mieux le chaos du web que ne le faisaient ses concurrents, mais a du mal à s’adapter à la nouvelle manière de penser qui s’est imposée avec le web social (pour Jackson, Google +, le réseau social de Google, est une « ville fantôme »). Quant à Facebook, s’il a emporté la mise du web social, il est probable qu’il ait du mal à franchir le cap de la nouvelle génération.

Voici l’analyse d’Eric Jackson, dont je rappelle qu’elle précède les événements des derniers jours. Pour lui, ce qui caractérise les entreprises de la nouvelle génération, c’est qu’elles considèrent le mobile comme le premier lieu (voire le lieu exclusif) de leur épanouissement. Elles se conçoivent comme des applications, pas comme des sites web. Or, selon Jackson « Il n’y aura pas de web 3.0, parce que le web est mort. »Pire, les entreprises des deux premières générations semblent incapables de s’adapter à ce nouveau paradigme. Ainsi, Facebook perd de l’argent dans le mobile, s’étant contenté de fournir des versions iPhone et iPad de son site Internet. Son modèle économique est fondé sur le web (avec d’ailleurs une baisse de revenu entre le dernier trimestre 2011 et le premier trimestre 2012), et Jackson ne voit aucune stratégie pour gagner de l’argent sur le mobile. Comment Facebook peut-il résoudre la question du passage à l’ère du Mobile ?

Et Jackson de citer un analyste qui explique que Facebook devra sans doute diviser ses services en différentes applications ou site HTML 5 : un pour la messagerie, une pour le fil d’actualité, une autre pour les photos, etc.

Cette fragmentation se fera sans doute au détriment de l’essence de Facebook. Et pour lui, le rachat récent d’Instagram par Facebook, entreprise symptomatique de la nouvelle génération, montre simplement la peur de l’entreprise d’être dépassé par un nouveau modèle. Et puis, considérant comme Facebook a traîné les pieds pour aller vers le mobile, Jackson prédit que ces changements prendront trop de temps… Car il faut aussi prendre en considération la vitesse des mutations. Et Jackson de citer Tim Cook, le nouveau PDG d’Apple, qui expliquait qu’en deux ans, l’entreprise avait vendu 67 millions d’IPad, or, il lui avait fallu 24 ans pour vendre le même nombre de Mac, 5 ans pour vendre le même nombre d’iPod et 3 ans pour vendre le même nombre d’iPhone. Et il est tout à fait possible que le rythme des mutations s’accélère encore dans les années à venir. Conclusion d’Eric Jackson : « les Google et les Facebook de demain n’existent pas encore aujourd’hui. Et d’ici là, bon nombre d’entreprises du web 1.0 et du web 2.0 auront été complètement rayées de la carte. La fortune viendra pour ceux qui sauront s’adapter et investir dans cet espace en pleine jachère. Ceux à qui appartiendra l’avenir sont ceux qui le créeront. Les monopoles du web n’ont pas la vie aussi dure que ceux d’antan. »

Voilà pour ce post lu sur Forbes. Son intérêt à mon avis, en cette semaine d’introduction de Facebook en Bourse est de montrer que la chute de l’action est sans due en grande partie aux jeux de passe de Stanley Morgan, mais aussi à une faiblesse fondamentale de Facebook, qui elle, n’avait pas échappé aux observateurs avisés de l’économie numérique. Faiblesse, est déjà un dinosaure.

 

source : http://internetactu.blog.lemonde.fr/

Iphone : Gmate pour ajouter le dual SIM

Gmate transforme l’iPod Touch en iPhone, et l’iPhone en Dual SIM

 

Le Gmate de Skyroam est le premier produit du genre qui ajouterait la possibilité d’ajouter la capacité dual SIM sur l’iPhone. Gmate est un accessoire offrant deux possibilités. Premièrement, il peut transformer votre iPhone ou un téléphone sous Android en téléphone dual SIM. Deuxièmement, il peut transformer an iPod Touch en iPhone. En ce qui concerne la dernière fonctionnalité, il ajoute la possibilité d’effectuer des appels vocaux, d’envoyer des SMS, et surfer sur le web via le GPRS/EDGE de Gmate sur l’iPod Touch.

En plus de l’iPod Touch, Gmate peut même transformer un iPad en iPad 3G, avec la possibilité d’effectuer des appels. De façon similaire, il peut également transformer une tablette sous Android en une sorte de téléphone.

Le Gmate pèse seulement 48g et il se connecte en sans fil sur votre iPhone, iPod touch ou appareil sous Android via Bluetooth. L’appareil a une autonomie de batterie de 72h et un slot pour une carte SIM. Il est disponible en deux modèles différents, et en différentes couleurs. La principale différence entre les deux modèles, c’est que le Gmate+ possède un mode vibration. Le Gmate coûte 89$.

 

source :  www.crazymac.fr

Pv electronique : notre droit de consultation

CODE DE PROCEDURE PENALE :
Article A37-15
Créé par Arrêté du 2 juin 2009 – art. 9
En cas de réclamation portée devant la juridiction compétente, le procès-verbal dressé avec l’appareil prévu à l’article A. 37-14 est, sur demande de l’autorité saisie de la réclamation, édité sur un feuillet de couleur blanche au format 210 × 297 mm.
Il reproduit les éléments mentionnés au I de l’article A. 37-11 ainsi que tous les éléments complémentaires sur les circonstances de la commission de l’infraction relevés par l’agent verbalisateur.

Il reproduit la signature manuscrite de l’agent verbalisateur et, le cas échéant, celle du contrevenant, telles qu’elles ont été saisies et numérisées lors de la verbalisation.

 

Commentaire :

Imaginons que tous les francais concernes demandent a consulter ce document, que va t il advenir ? …

Peut etre une nouvelle solution pour lutter contre le chomage par des embauches massives dans les commissariats…

Les bonnes surprises d iOS 5.1

Les bonnes surprises d’iOS 5.1

 

C’est désormais une habitude (on pourrait presque parler de tradition) : chaque sortie de nouvel iPhone ou iPad est accompagnée d’une mise à jour logicielle du système d’exploitation des terminaux mobiles Apple.

L’annonce de la sortie du « nouvel iPad » n’a pas failli à la règle, et la mise à jour de iOS 5.0.1 vers 5.1 était disponible immédiatement après la keynote du 7 mars. Si l’annonce du nouvel iPad en a laissé certains dubitatifs [1] mais que ce doute ne se traduit visiblement pas dans les intentions d’achat puisque la nouvelle tablette d’Apple est déjà en rupture de stock avant même les première livraisons, la mise à jour recèle quelques petites fonctionnalités fort sympathiques, qui ne sautent cependant pas aux yeux.

J’en ai noté (et adopté) quatre qui valent vraiment le détour (mais j’en ai sûrement oublié). Les voici.

Le déverrouillage immédiat de l’appareil-photo

Jusqu’à présent, lorsque vous vouliez prendre une photo ou une vidéo rapidement alors que votre iPhone était verrouillé, vous aviez le choix entre deux solutions : ne pas avoir le temps ou la rater. Avec la nouvelle fonctionnalité, il suffit de faire glisser vers le haut l’icône photo située en bas à droite de l’écran et hop c’est fait.

La possibilité de supprimer des photos individuellement du flux iCloud

iCloud était un peu psychorigide : vous ne pouviez pas supprimer une photo individuelle du flux. Résultat, en cas de doublon compromettant vous n’aviez qu’une solution : tout virer et réinitialiser le flux via icloud.com ou via l’application sur PC ou Mac. Vous pouvez maintenant supprimer une photo individuellement de votre flux sur l’iPhone. Rien ne change en revanche pour iCloud.com et les utilitaires PC.

L’intégration profonde de Siri dans toutes les applications permettant de saisir du texte

C’est pour moi la nouveauté la plus marquante, et la plus impressionnante. Avec la mise à jour iOS 5.1, une nouvelle icône « micro » fait son apparition dans le clavier du nouvel iPad (mais disponible uniquement sur celui-ci avec l’arrivée de Siri). déjà présente sur l’iPhone 4S, et elle pourrait bien tout changer. Il simple clic sur cette icône quand vous êtes en mode saisie de texte (dans Email, Notes, SMS, etc…) vous permet de saisir du texte à la voix (speech to text). Le résultat est étonnant de précision, même en dictée rapide dans un lieu relativement bruyant, et c’est enfin la fonction que l’on attendait sur un smartphone. Rappelons qu’elle est déjà – partiellement – implantée dans Android et d’une autre façon, dans Windows Phone, mais l’intégration avec Siri me semble d’une précision dans la reconnaissance inégalée. Je ne constate pratiquement aucune erreur, même dans une dictée hésitante. Génial.

L’autonomie très sensiblement améliorée

Les avis sont partagés sur ce point (comme souvent) et je vous livre donc mon expérience personnelle. L’autonomie de mon iPhone 4S était absolument catastrophique puisque dans le meilleur des cas il tenait au maximum 4 heures en veille, GPS et Siri désactivés. Depuis la mise à jour son autonomie a simplement… doublé, voire davantage, puisque à utilisation équivalente il tient facilement 8 à 10 heures maintenant, mais il se pourrait même que ce soit plus. En fait je pense que j’étais tombé sur un modèle défectueux au niveau non seulement de la batterie mais également de la sensibilité de réception (antenne ?) puisque j’étais très fréquemment en « Réseau indisponible » là où d’autres collèges en iPhone 4S captaient sans problème avec une bonne intensité. Résultat en chaîne : le mobile était toujours en recherche de réseau et du coup vidait la batterie très rapidement. Ne me demandez pas pourquoi (il faudrait poser la question aux ingénieurs Apple) mais depuis cette mise à jour il semblerait que ces bugs aient été corrigés et c’est pourquoi je constate une amélioration spectaculaire de l’autonomie. Je pense que ce ne sera pas le cas pour tout le monde, mais si j’en crois les témoignages que j’ai reçus j’étais loin d’être le seul dans ce cas.

Une mise à jour fort bienvenue donc, qui rend de nouveau l’iPhone utile et utilisable (en tout celui de ceux qui étaient dans la même situation que moi), et il était grand temps.

 

source :  www.presse-citron.net/

 

Free Mobile : communique de presse sur le reseau

Cela confirme ce que nous avons relaye ->Free Mobile : premiers decus dont un tres proche

 

Le communique de presse

Paris, le 8 mars 2012
Le réseau Free Mobile

En réponse à la campagne de dénigrement orchestrée ces dernières semaines, Free Mobile, filiale du Groupe Iliad, souhaite apporter les précisions suivantes.

Les engagements de couverture

Free  Mobile  s’est  vu  attribuer  le  10  janvier  2010  la  quatrième  licence  de  téléphonie mobile 3G.  Cette  licence  comprend  des  obligations  de  couverture  «outdoor»  contrôlées par l’ARCEP :

  • 27% de la population au 10 janvier 2012
  • 75% de la population au 10 janvier 2015
  • 90% de la population au 10 janvier 2018

Les modalités de mesure de couverture ont été précisées par la décision 2007 – 0178 du 20 février 2007 ; il s’agit d’une couverture voix « outdoor » avec un taux de réussite de 95% des appels.  Ce  protocole  de  mesure  utilisé  pour  les  mesures  de  couverture  de tous  les opérateurs  n’a  jamais  été  critiqué  par  les  bénéficiaires  ni  pour  eux même, ni  lors  des nombreux  contentieux  visant  la  quatrième  licence.  Ce  n’est qu’après le lancement de Free Mobile que certains ont remis en cause ce qui était accepté sans réserve jusque là.

L’atteinte des 27% a été constatée lors de deux mesures successives par l’ARCEP dont les résultats  ont  été  rendus  publics  les  13  décembre  2011  et  28  février  2012. L’ANFR  à la page  9  de  son  rapport  provisoire  indique  que  «le  potentiel  des  stations [de  Free  Mobile] devrait être compatible avec le chiffre de couverture communiqué par l’ARCEP ».

Il convient de noter que Free Mobile est le premier opérateur à respecter ses obligations de couverture 3G dans les délais de la licence. Les trois opérateurs historiques n’ont respecté leurs obligations de couverture 3G qu’après mise en demeure et avec plusieurs années de retard.

Couverture et trafic

Il va de soi que ce pourcentage de couverture mesuré en % de la population, n’équivaut pas à une part de trafic identique acheminé en propre sur le réseau notamment pour les raisons suivantes :

  • Du  fait  des  difficultés  à  déployer  un  réseau  dans  de  brefs  délais,  la couverture  de Free Mobile est à ce jour discontinue. Les abonnés sont donc souvent en itinérance.
  • Du  fait  des  difficultés  de  déploiement  d’antennes  sur  les  zones  les  plus  denses, le réseau ne couvre pas les zones à fort trafic.
  • L’obligation  de    couverture  est  uniquement  « outdoor »  et  mesurée  comme telle.  La couverture  « indoor »  est,  à  ce  stade  initial  de  déploiement,  moins bonne  et  en conséquence, une large part du trafic « indoor » est acheminée en itinérance.
  • Les  fréquences  900  Mhz  attribuées  à  Free  Mobile  et  couvrant  les  zones  denses  ne seront disponibles qu’au 1er  janvier 2013. Ces fréquences sont efficaces notamment pour la couverture « deep indoor ».
  • De nombreux téléphones du parc ne fonctionnent qu’en 2G.

Le  même  constat  peut  être  fait  avec  les  réseaux  3G  nationaux  des  trois  opérateurs historiques  qui,  bien  que  couvrant  93  à  99%  de  la  population,  ne  transportent qu’une part modeste  du  trafic  voix.  A  titre  d’exemple, chacun  peu  constater  qu’à  Paris, théoriquement couvert à 100%, il est fréquent de ne trouver qu’une couverture 2G.

Le déploiement du réseau, l’investissement et l’emploi

Free Mobile réaffirme son engagement à poursuivre son déploiement afin d’atteindre au plus vite  une  couverture maximale  de  la  population.  Il  s’agit  d’un  impératif  économique, l’itinérance étant une alternative précieuse mais coûteuse.  A ce jour,Free Mobile a confié à ses prestataires et à TDF la recherche et la construction de plus de 6 000 sites équivalents à la  couverture  de  plus  de  75%  de  la  population.    Environ  1  000 sites sont actifs c’est à dire construits  et  allumés  et  pour  l’essentiel  accueillant  du  trafic. A  fin  2012,  Free  Mobile disposera de plus de 2 500 sites actifs. A noter que Free rencontre de grandes difficultés à accéder aux sites propriétés de certains opérateurs historiques qui multiplient les exigences techniques et économiques pour éviter l’accueil d’un concurrent.

Environ  400  millions  d’euros  ont  été  engagés  à  ce  jour  dans  le  déploiement du  réseau mobile.  A  cette  somme  s’ajoutent  518  millions  d’euros  d’achat  de fréquences. Les investissements réseau vont bien sûr se poursuivre sur les années à venir pour atteindre un total  cumulé  d’un  milliard  d’euros  environ  en  2018.  Comme  dans l’ADSL  et  la  fibre  ces dernières années, Iliad investit donc fortement dans son réseau mobile afin de respecter ses engagements,  de  sécuriser  son  modèle  économique  et  d’assurer son  indépendance. Dans ce cadre, les effectifs d’Iliad ont augmenté de 1 500 salariés en France ces douze derniers mois. L’arrivée de Free Mobile conduit d’ailleurs les opérateurs historiques à accélérer leurs déploiements 4G.

L’itinérance

Le contrat d’itinérance a été signé par Free Mobile à des conditions de marché. Il convient de rappeler  que  la  fourniture  de  l’itinérance  2G  au  quatrième  entrant  est  pour  chaque opérateur  historique  une  obligation  acceptée  dans  le  cadre  des  licences  3G.  Free Mobile s’est  d’ailleurs  vu  proposer  avant  son  lancement  des  tarifs  d’itinérance  plus compétitifs  par d’autres  que  le  partenaire  finalement  retenu  pour  la  qualité  de  son réseau.  Ces  opérateurs hier désireux de conclure ce contrat avec Free Mobile condamnent aujourd’hui le principe de l’itinérance. L’itinérance est une nécessité transitoire. Seul le déploiement du réseau permet d’établir une rentabilité structurelle de l’activité. 

A compter de ce jour, Free Mobile attaquera en justice toute personne dénigrant la réalité de sa couverture ou de ses investissements. Depuis le 10 janvier, le marché français du mobile est concurrentiel et les Français s’en réjouissent, il faut l’accepter.

Source : Communiqué de presse Iliad

Free Mobile : premiers decus dont un tres proche

Romain B.
Après 3 semaines chez Free Mobile, retour chez Orange ! Au moins je pourrais téléphoner !!!
    • On est plusieurs a hésiter encore …

    • hmm serieux

    • Ca marche très bien de mon côté 🙂

    • jconnais quelques personnes qui l’ont et n’ont pas de problème..

    • Moi qui me déplace bcp pour le boulot je peux te dire qu’il y a des zones à problèmes, j’imagine que c’est quand ça bascule entre Orange et Free, impossible d’appeler, pas de 3G… Et puis ma messagerie visuelle me manque 😉

    • ah oui ptetre, ceux que je connais restent à paris, n’utilisent pas la 3G je crois, par contre ils m’ont dit qu’ils sont quasiment tjrs connecté sur le réseau Orange mais que ça marche bien pour les appels…

Un cloud Made in France

Un « nuage » fabrique en France 😉

Voila une bonne nouvelle et une initiative concrete car combien d entre nous savent ou sont stockees leurs donnees ?

Michel BOHDANOWICZ

Expert-comptable

www.compta.net
Cegid et IBM (NYSE : IBM) annoncent aujourd’hui la signature d’un contrat d’Infrastructure-as-a-Service (IaaS) permettant au premier éditeur français de logiciels de gestion d’opérer désormais ses solutions SaaS dans un cloud privé personnalisé d’IBM en France. Avec ce nouvel accord, Cegid et IBM se donnent les moyens d’accompagner de manière optimale le développement des entreprises françaises de toute taille, qu’elles soient issues du secteur privé, du secteur public, du monde associatif ou de l’éducation.

Avec un chiffre d’affaires SaaS de 20 M€, Cegid fait partie des acteurs SaaS européens les plus dynamiques. Face à la très forte croissance de cette activité (+ 22 % en 2011), Cegid, en créant le « nuage Cegid » conforte ses ambitions et se dote de nouvelles infrastructures pour accélérer son développement sur le marché du Cloud Computing.

Offrir aux utilisateurs un univers de services cloud performant, sécurisé et évolutif

En basculant son infrastructure physique vers une infrastructure virtuelle dans un cloud privé personnalisé développé et maintenu par IBM, Cegid peut désormais :

  • Concentrer sa valeur ajoutée sur l’exploitation applicative, au cœur de son métier d’éditeur et de la création de valeur pour ses clients ;
  • Garantir à ses clients une croissance sans limites physiques s’appuyant sur une infrastructure certifiée et localisée en France dans les nouveaux datacenters hautement sécurisés d’IBM situés à Clichy et gérés par des équipes locales ;
  • Disposer d’une d’infrastructure flexible et évolutive en phase avec son business model d’éditeur SaaS.

A travers cet accord, IBM conforte sa place d’acteur majeur du cloud computing en France. En construisant des clouds privés sécurisés et personnalisés, IBM accompagne ainsi les entreprises, et notamment des PME-PMI dans leur transformation.

 Vers de nouvelles offres cloud : l’international et les bouquets de services métiers

Au-delà de ces enjeux d’industrialisation, de flexibilité et de sécurité, le choix d’IBM permettra à Cegid de développer de nouvelles offres SaaS mais aussi d’étendre ses offres SaaS à l’international notamment à destination de ses clients du Retail.

« Ce partenariat avec IBM s’inscrit pleinement dans notre stratégie SaaS : construire des bouquets de services cloud innovants autour de Cegid et de ses partenaires éditeurs, fournisseurs de services, de contenus ou d’infrastructures, capables de répondre aux enjeux de performance et de sécurité des entreprises françaises, du secteur public, des associations et de l’éducation en leur permettant de s’affranchir de contraintes techniques et technologiques » souligne Jean-Michel Aulas, Président de Cegid.

« Nous sommes très fiers d’accompagner Cegid et ses clients dans leur développement et leur transformation » déclare Alain Bénichou, Président d’IBM France. « Ainsi, IBM qui a investi plus de 300 millions de dollars dès 2009 dans des datacenters en France, confirme qu’il est un acteur majeur du cloud computing dans l’hexagone. »

A propos de Cegid

http://www.cegid.com/cegidenbref

A propos du Cloud computing d’IBM

http://www-935.ibm.com/services/fr/gts/cloud/

Contacts presse

i&e CONSULTANTS – Service de Presse Cegid – 01 56 03 13 39 – cegid.presse@i-e.fr
Cegid : Isabelle EMERARD – 04 26 29 52 39 – i.emerard@cegid.fr

Iphone : La strategie d Apple perturbee par la disparition des subventions des operateurs ?

La stratégie d’Apple pourrait être mise à mal par la disparition des subventions des opérateurs

 

Malgré ce qu’a pu dire Steve Ballmer lors de la présentation de l’iPhone, Apple a réussi à faire d’un objet relativement luxueux un élément de la vie quotidienne de plus en plus de personnes. Néanmoins, si l’on observe bien les choses telles qu’elles se sont passées, tout cela n’a été possible que parce que les opérateurs subventionnent les appareils, en échange d’un forfait plus cher. À ce sujet, nous vous rappelons que nous avons un article consacré aux forfaits iPhone proposés par les différents opérateurs, calculant le coût total du forfait sur la totalité de la durée d’engagement minimum et montrant que les forfaits subventionnés ne sont pas les plus économiques. Le problème est ici plus psychologique qu’économique. Un client n’hésitera pas longtemps lorsqu’il aura le choix de payer son iPhone 199 euros au lieu de 629 voire 849 pour le modèle 64 Go, même en échange d’un forfait plus cher.

Le positionnement haut de gamme d’Apple pourrait être mis à mal dans un certain nombre de pays tels le Portugal ou la Grèce, où les opérateurs envisageraient de réduire les subventions afin de réduire le prix des forfaits. De plus, cette situation pourrait s’aggraver avec l’arrivée de nouveaux smartphones à des prix bien inférieurs à ceux de l’iPhone, certains en dessous de 100 euros, alors que l’iPhone 3GS sorti il y a bientôt 3 ans est toujours vendu à 369 euros.

Apple pourrait facilement sortir un modèle d’entrée de gamme avec les composants d’une ancienne generation d’iPhone, tout en évitant l’étiquette « vieil iPhone ». En plus, ce modèle ne serait pas obsolète dès sa sortie. Par exemple, lors de l’arrivée de l’iPhone 5, il y aura deux générations de différence avec l’iPhone 4, et pourtant celui-ci reste un appareil performant qui n’est pas limité par rapport à l’iPhone 4S, du moins pas pour des raisons matérielles. De nombreux utilisateurs seraient sans doute prêts à abandonner quelques millions de pixels sur l’appareil photo pour quelques centaines d’euros de moins sur leur facture.

 

source : macbidouille.fr

Free mobile : objectif 3 millions d abonnes

Free a dévoilé ses forfaits mobiles « tout illimité » à 19,99 euros et « social » à 2 euros. Toutefois, Free a prévenu que ces offres attractives ne seraient disponibles que pour les trois premiers millions d’abonnés.

Un argument marketing pour s’attirer le plus vite possible des clients déjà engagés chez d’autres opérateurs. Mais que se passera-t-il une fois ce seuil de trois millions atteint ?

« Au bout de 3 millions, c’est un rendez-vous », lance le patron de Free, xavier Niel, sur iTélé. « Nous verrons alors comment reprendre et améliorer ou changer ces offres. Je vous rappelle que les autres opérateurs concurrents nous ont promis un ou deux millions d’abonnés au maximum… », poursuit-il.

Sur France 5, Xavier Niel souligne :

Nous espérons que ces prix auront une pérénité. Pour l’instant, on s’engage auprès des trois premiers millions de clients à ne pas toucher au prix des forfaits. Pour la suite, on verra. Mais si on devait baisser les prix, on les baisserait à tout le monde », poursuit-il.

APPLE REVEILLE TOI ( notre appli Android ) STEVE REVIENT

TELECHARGEZ NOTRE APPLI IPHONE/IPAD  » ComptaNet « 

TELECHARGEZ NOTRE APPLI Android  » Compta.Net « 

 

APPLE REVEILLE TOI / STEVE REVIENT

Le 29 decembre par Michel BOHDANOWICZ

Je vous ai dit il n y a pas longtemps que Samsung vend plus de smartphones qu Apple…

Alors apres notre appli pour Iphone, je me suis dit pourquoi negliger ces utilisateurs ?

Me voila donc a me renseigner,

resultat des courses :

l abonnement developpeur chez Google coute 25 dollars au lieu de 79 euros …

et l application Compta.Net POUR ANDROID a ete mis en ligne en 5 minutes

alors que j essaye encore de faire la mise a jour en v2 de mon appli pour Iphone…

Cherchez l erreur !

 

Maj du 7 janvier :

Pour etre precis, nous avons depose l application sur le site d Apple le dimanche 1er (car on ne trouvait pas comment faire, en fait il faut utiliser un utilitaire du kit de developpement) et elle vient d etre validee le 7 janvier.

Il faut donc une semaine chez Apple pour valider une simple mise a jour et pas de delai chez Google pour les applis Android. A mon avis, Google a fait le choix d un controle a posteriori…

NB : notre application est compilee par un site internet… inconvenient vous avez le droit a de la pub en bas de chaque ecran… normal  le tout gratuit n existe pas.

 

Capture d’ecran FLUX

 

Samsung vend plus de smartphones qu Apple

Samsung vend plus de smartphones qu’Apple

 

Strategy Analytics vient de publier des chiffres démontrant que le coréen a dépassé l’américain pour devenir le plus gros vendeur mondial de téléphones mobiles intelligents.

La transition s’est faite entre juillet et septembre. Au cours de ces trois mois, Samsung a vendu 27,8 millions de terminaux, alors qu’Apple n’en a vendu « que » 17,1 millions (et 16,8 millions pour Nokia).

Les analystes de Strategy Analytics pensent que les faibles chiffres d’Apple viennent du fait que les consommateurs attendaient la sortie d’un éventuel iPhone 5 (l’iPhone 4S au final) pour acheter un mobile à la Pomme. Car, au trimestre précédent, les deux constructeurs étaient vraiment au coude à coude.

A l’échelle globale (tous mobiles confondus, pas uniquement les smartphones), Nokia se taille toujours la part du lion avec 27,3% de la part de marché, juste devant Samsung (22,6%), LG (5,4%), ZTE (4,7%) et Apple (4,4%).

Au troisième trimestre 2011, et uniquement pour les smartphones, les leaders sont Samsung (23,8%), Apple (14,6%) et Nokia (14,4%).

Samsung avait récemment dévoilé ses résultats financiers pour ce troisième trimestre, qui accusaient une baisse de 23% des bénéfices, du fait de piètres performances dans le domaine des puces de mémoire. Ces bons chiffres liés aux smartphones (+44% de ventes en un an) ont aidé l’entreprise à redorer son blason auprès des investisseurs : ses actions ont grimpé de 3%.

Pour les pro-Android, Samsung vient de démontrer qu’il est possible de faire la différence et de connaître une bonne croissance grâce à l’OS mobile de Google.

source : http://www.linformaticien.com

 

A TELECHARGER :


Notre appli Iphone/Ipad : ComptaNet

Notre appli Android : Compta.Net

 

Steve Jobs est decede

Le fabricant informatique américain Apple a annoncé mercredi 5/10/2011 au soir la mort de son emblématique ancien directeur général Steve Jobs a 56 ans, qui avait cofondé la société en 1976 et en avait lâché les rênes le 24 août dernier.

«Nous sommes profondément attristés d’annoncer que Steve Jobs est décédé aujourd’hui», indique un bref communiqué du conseil d’administration de la société. Le site Apple.com s’ouvre sur un portrait de son fondateur : «Steve Jobs, 1955 – 2011»

A 56 ans, Steve Jobs souffrait de problèmes de santé graves depuis plusieurs années. Il avait subi une greffe de foie il y a deux ans et avait survécu à un cancer du pancréas en 2004. En 2009, déjà, il s’était absenté pendant plusieurs mois pour raison de santé.

Tim Cook pleure «un créateur de génie»

Fin août, il avait annoncé sa démission dans une lettre au conseil d’administration et à la «communauté Apple» : «J’ai toujours dit que si venait le jour où je ne pourrais plus remplir mes devoirs et les attentes en tant que directeur d’Apple, je serais le premier à le faire savoir.» Et, «malheureusement, ce jour est venu», avait-il annoncé, provoquant son remplacement par Tim Cook.

Hasard du calendrier, l’annonce de la mort de Steve Jobs intervient 24 heures après l’annonce par Tim Cook du lancement d’un Iphone 4S. Dans un courriel envoyé aux employés du groupe et rendu public, ce dernier a rendu hommage à ce «créateur de génie» qu’était Steve Jobs : «Apple a perdu un visionnaire et un créateur de génie, et le monde a perdu un être humain incroyable», a-t-il réagi.

 

source : www.leparisien.fr

Iphone 5 ? non iphone 4 S

Ceux qui attendaient un iPhone 5 sont déçus. En premier lieu, parce que son design est identique à celui de l’iPhone 4.

Pour autant, la bête en a à revendre sous sa coque. Son processeur est un A5 dualcore boosté pour les graphismes. Il remplace l’A4 cadencé à 1 GHz de l’iPhone 4. Les graphismes sont très puissants, une démonstration est faite sur scène par un ingénieur de chez Epic avec le jeu Infinity Blade 2 pour le prouver. Le résultat est en effet très bon.

8 MPixels mais pas de 4G

L’appareil photo du terminal a aussi vu sa résolution à la hausse, il passe à 8 millions de pixels, corrigeant ainsi l’un des gros défauts de l’iPhone dont beaucoup d’utilisateurs n’étaient pas satisfaits du capteur de 5 MPixels. Autre nouvel avantage : la possibilité de filmer en 1080p.

En revanche, certaines caractéristiques font défaut. Ainsi, pas de 4G. Simplement « le réseau 3G à pleine puissance ».

 

source :  www.linformaticien.com

iPhone 5 sortie debut octobre ?

La fabrication de l’iPhone 5 poserait des problèmes

 

D’après 9to5Mac, la production du futur smartphone de l’entreprise de Cupertino serait délicate, et son assemblage serait ralenti par de nombreux retards.

Le nouveau design de l’iPhone 5, avec son écran « plus large » et son épaisseur « plus fine » ou ses « coins arrondis » ne serait pas des plus coopératifs à l’heure de la fabrication.

Il y aurait « des retards répétés de design et de production, surtout sur l’un des sites d’assemblage (Apple en possède plusieurs). Nous pensons que l’iPhone 5 sera un peu en retard, et que ses stocks pourraient se retrouver plusieurs fois épuisés courant 2012 ».

Des sources auraient aussi indiqué que le mobile est « très léger, mais il semble plus robuste que ses rivaux ».

Nos confrères terminent en affirmant qu’un appareil ressemblant très fortement à l’iPhone 4 serait actuellement fabriqué en grandes quantités pour Apple. Ces modèles seraient vendus « à un prix agressif » et « on les trouvera partout ».

Pour eux, le 7 octobre sera la date de sortie des deux terminaux.

 

source : www.linformaticien.fr

Steve Jobs n est plus CEO d Apple

C’est dans un communiqué adressé aux équipes et à la communauté Apple que Steve Jobs a indiqué qu’il quittait ce jour ses fonctions de CEO. Il est de fait remplacé immédiatement à ce poste par Tim Cook jusqu’à lors officiant en qualité de COO.

Le message de Jobs ne donne aucune raison sur sa prise de décision mais, sans nul doute, cette dernière est plus que probablement liée a ses ennuis de santé. Il souhaite cependant continuer à œuvrer au sein du conseil d’administration.

source : macplus.net

Apple pourrait vendre des televiseurs

Apple pourrait vendre des téléviseurs

 

L’entreprise serait en train de préparer son entrée sur le marché de la télévision, d’après l’un de ses anciens cadres qui s’est exprimé anonymement auprès de nos confrères de DailyTech.

Des écrans plats aux diagonales conséquentes, en vente directement dans les Apple Store ? Cela pourrait arriver bientôt. Ce commerce pourrait rapporter 2.6 milliards de revenus dès la première année pour la firme de Cupertino, d’après l’analyste Gene Munster, qui travaille pour Piper Jaffray.

Des rumeurs circulent depuis des années, à propos de tels appareils. Mais la déclaration de l’ancien salarié de la société vient raviver les spéculations. « Vous pourrez sortir d’un Apple Store avec un téléviseur dans les bras« , a-t-il déclaré, sans donner plus de détails, si ce n’est une date de lancement soit fin 2011, soit courant 2012.

Pourtant jusqu’ici, Steve Jobs n’a officiellement exprimé que des doutes à s’aventurer sur ce terrain, car il s’agit d’un marché « à faibles marges« .

 

source : linformaticien.fr

Icloud : la presentation

iCloud en quelques mots…

En plus il est gratuit !

Steve Jobs a présenté iCloud:

  • Le nuage devient un hub.
  • Les données sont automatiquement envoyées là-bas et ensuite synchronisées sur les autres appareils.
  • Intégration totale avec les applications.
  • Tout est automatique.
  • Enfin, le partage de calendrier si déficient avec MobileMe a été revu !
  • Les mails sont synchronisés entre tous les appareils comme… le fait l’IMAP.
  • Sauvegarde des iAppareils sur le Cloud une fois par jour.
  • Si l’on change de mobile, on rentre identifiant et mot de passe et tout est remis à distance dessus.
  • Les documents peuvent aussi être partagés via le Cloud.
  • Il y aura des API iCloud qui fonctionneront aussi sur Mac et PC.
  • Système à la Picasa de Google pour pousser ses images en ligne.
  • Géré directement dans iPhoto.
  • Sous Windows, pas d’application spécifique mais gère le dossier images.
  • Fonctionnera aussi sur l’Apple TV.
  • Limité aux 1000 photos les plus récentes et les efface au bout de 30 jours.
  • iTunes passe au Cloud. Il est enfin possible de retélécharger plusieurs fois les mêmes morceaux sans payer.
  • Téléchargement automatique des morceaux achetés sur le même compte sur une autre machine.
  • Attention, il y a une nouvelle limite à 10 appareils alors qu’auparavant il n’y avait pas de limite sur les appareils iOS !
  • TOUS CES SERVICES SONT GRATUITS.
  • La capacité de stockage est limitée à 5 Go mais cela ne comprend pas ce qui est acheté sur iTunes.

source : MacBidouille.fr

 

iCloud : le hub numérique à l’heure d’iOS
Si Steve Jobs avait laissé ses collaborateurs faire la présentation d’iOS et de Mac OS X, c’est lui-même qui s’est chargé d’expliquer le principe d’iCloud.


Le cofondateur d’Apple a tout d’abord expliqué deux choses : le principe du hub numérique présenté il y a maintenant une dizaine d’années et qui a longtemps été le fer de lance de la stratégie d’Apple est complètement dépassé. D’autre part, il a reconnu que MobileMe était loin d’être la meilleure réalisation d’Apple, mais « on a beaucoup appris » a déclaré Steve Jobs. Pour beaucoup, le nuage, c’est un gros disque dur sur Internet. Pour Apple, c’est bien plus que cela. Il s’agit de synchroniser toutes vos données, le tout de manière transparente. Le nuage étend la capacité de stockage de l’iPhone ou de l’iPad, et détruit la notion de système de fichiers : logique applicative de la gestion de documents

Parmi les applications repensées pour iCloud, il y a le calendrier, le carnet d’adresses et iBooks. Vous achetez un livre, celui-ci est automatiquement stocké dans le nuage et est transmis à tous vos appareils.

iCloud comprend également un système de sauvegarde. Le contenu d’un appareil iOS (préférences, photos, données des applications) sera sauvegardé quotidiennement sur iCloud à condition de disposer d’une connexion Wi-Fi.

Lorsque vous achetez un nouveau terminal, il suffira d’entrer votre identifiant et mot de passe Apple pour qu’il se paramètre automatiquement et que vous retrouviez votre environnement de travail.

Plusieurs services sont associés à iCloud. Apple offre notamment le stockage de documents automatiquement depuis l’application qui a servi à le réaliser. Par exemple depuis Pages la sauvegarde peut se faire directement dans le nuage. Il en va de même avec Numbers et Keynote.

Ensuite on peut à tout moment récupérer ces documents depuis son Mac ou son iPhone (où iWork est, fort à propos, arrivé il y a quelques jours). Au lancement, l’application demande si l’on veut utiliser iCloud et le cas échéant elle va télécharger en arrière-plan les documents présents en ligne. De là on pourra continuer à travailler ou le présenter même si l’on a oublié l’iPad que l’on pensait utiliser au départ.

Lorsqu’une modification est apportée à un document sur un appareil, elle est transmise au nuage et répercutée automatiquement sur les autres appareils. Au passage Steve Jobs y voit une manière pour certains utilisateurs de ne plus s’embarrasser avec des gestionnaires de fichiers puisque tout se fait automatiquement et de manière transparente. Mieux, les applications tierces auront un accès à iCloud via une interface de programmation offerte aux développeurs iOS, Mac OS X mais aussi Windows.

Autre service proposé : la possibilité de synchroniser les photos simplement sur toutes vos machines, y compris sur Apple TV à l’aide de Photo Stream. Le service conservera vos 1000 dernières photos pendant 30 jours, et toutes celles que vous voudrez conserver indéfiniment.

iTunes Match : en guise de one more thing
iTunes grimpe lui aussi dans le nuage d’iCloud. Tous les morceaux que vous avez achetés à Apple y sont à disposition, prêts à être téléchargés vers votre appareil iOS en cas de besoin. On peut récupérer un album complet ou des titres à l’unité. Aucun frais supplémentaire pour accéder ainsi à son historique d’achats sur plusieurs appareils iOS.

Concrètement, un nouvel onglet « Achats » figure dans iTunes avec la liste de ses morceaux et l’icône du petit nuage en regard. Deux listes sont présentées, celle lisant l’intégralité de sa bibliothèque et l’autre avec les morceaux absents de l’appareil. Un tap sur le nuage déclenche la récupération depuis le nuage. Mais le procédé peut être automatisé, lorsque vous achetez un morceau depuis votre iPhone par exemple il sera aussitôt synchronisé via le nuage et envoyé vers votre iPad, en Wi-Fi ou en 3G. Ce service est proposé gratuitement, avec une qualité des morceaux en 256 Kbps et 10 périphériques autorisés. iTunes Coud fonctionnera dès maintenant à partir d’iOS 4.3.3.

http://static.igeneration.fr/img/2011/4/stevejobswwdc2011liveblogkeynote1031-20110606-205229.jpg
Pour ce qui est de la musique que l’on n’a pas achetée sur iTunes ou que l’on a ripée depuis un CD, Apple propose iTunes Match. iTunes scanne ces morceaux et propose de donner accès à leur équivalent dans iCloud. Aucun transfert de fichiers vers le nuage n’est requis, sauf dans le cas où aucune correspondance n’est trouvée. Pour disposer d’un accès via iCloud de cette musique obtenue par d’autres voies, Apple demande 24,99$ par an des morceaux en qualité AAC 256 Kbps. Toujours pour ces morceaux non achetés sur iTunes, la limite est de 25 000 titres. À l’inverse, point de limite pour les morceaux achetés sur iTunes.

iCloud sera gratuit et dépourvu de publicité. Apple offrira 5 Go d’espace de stockage pour les mails, documents et sauvegardes. Musique, applications et libres ne sont pas comptés dans ce quota. On imagine qu’il faudra mettre la main à la poche pour avoir une plus grosse quantité de stockage.

iTunes Cloud est disponible dès aujourd’hui en bêta pour les développeurs. Son lancement officiel interviendra à l’automne.

 

source : macgeneration.com