,

25000 euros la minute…

Xavier Niel et Marc Simoncini offrent 25 000 euros pour 101 projets conçus par des jeunes

Les fondateurs de Meetic et de Free lancent une bourse aux idées jusqu’au 25 septembre.


Ils sont prêts à financer, à hauteur de 25 000 euros chacun, « 101 projets »d’entreprises conçus par des jeunes autour de 25 ans. Marc Simoncini, créateur du site de rencontres Meetic, rejoint par Jacques-Antoine Granjon (Ventes Privées.com) et Xavier Niel (Free) doivent lancer leur opération sur Twitter, dimanche 23 juin, à 10 heures précises.

La bourse aux idées sera ouverte jusqu’au 25 septembre et 300 projets seront pré-sélectionnés. Leurs auteurs seront alors invités à les présenter le 18 novembre au Théâtre de Paris, propriété de Jacques-Antoine Granjon, au cours d’une séance de speed-dating, soit une minute de séduction à grande vitesse. « Une minute, ça va très, très vite. On a dix secondes pour voir si l’idée est originale, 30 secondes pour juger de la qualité du fondateur… Mais à 25 ans et un pitch d’une minute, vous pouvez gagner 25 000 euros qui vont vous mettre le pied à l’étrier », insiste Marc Simoncini qui conseille aux prétendants de s’entraîner en se chronométrant. « Il faut qu’ils accrochent les gens », prévient-il, puisque dans la salle, tous les candidats participeront avec le jury à l’élection des 101 projets gagnants. Il faudra donc séduire tout le monde.

A la recherche de projets « étonnants » qui « changent les choses »

Peuvent concourir, dit-il, tous les jeunes gens qui ont un projet, une idée d’entreprise, à condition qu’il soit « étonnant et change les choses: on aimerait avoir des projets d’équipe avec une vision nouvelle d’un métier traditionnel, de la société, de la façon de consommer », confie Simoncini.

« Les gens ont plein d’idées et quand on leur donne un contexte favorable, ils passent souvent à l’action ». Et le contexte de la crise les y pousse aussi estime-t-il : « Je me souviens avoir monté ma première boîte (des logiciels) à 22 ans, en 1985, parce que je ne trouvais pas de travail ». Malheureusement, ajoute-t-il « il faudrait que la France donne envie. Or c’est tout le contraire. Plein de gens réussissent mais la perception c’est que tout est compliqué ». Le rendez-vous du théâtre est donc une manière de riposter : « Ce n’est pas plus compliqué qu’ailleurs et tant pis si ça l’est : faut y aller quand même ».

 

SOURCE : http://www.francetvinfo.fr/

 

 

Michel BOHDANOWICZ

Expert-comptable / Commissaire aux comptes

___________

____________